Chez Mathieu les passions vont par deux. Depuis tout petit, il se passionne pour le sport et le design. Il a quitté sa chambre d’enfant pour devenir SOTO et aujourd’hui, il dessine des maillots qui régalent les fans sur les réseaux sociaux. Mais sa plus grande fierté c’est bien de collaborer avec les clubs de sport, les équipementiers mais aussi les fédérations. Football, rugby, basketball … il touche à tout avec talent et beaucoup (trop?) d’humilité.

Pour les lecteurs de Grounds, celui qui se décrit comme un designer en équipement sportif, a accepté de répondre à nos questions pour nous parler de son boulot fascinant.

G. : Comment as-tu commencé le design ? Et comment en es-tu arrivé au design de maillots ?

SOTO : J’ai justement commencé le design par celui d’équipements sportifs. Ça m’a toujours passionné. Tout petit déjà je redessinais le personnage de BD Éric Castel et lui faisais de nouveaux équipements. Après ce fût les premiers jeux vidéos où l’on pouvait créer les logos de club et les équipements, même si c’était un peu limité (milieu des années 90).

Professionnellement tout a commencé en 2004, il y a un peu plus de 16 ans, quand Duarig me donnait ma chance pour ma première expérience, en stage cette fois, chez un équipementier sportif. En terme de design plus général, ma première expérience fût en 1999 ou 2000, chez Olfadiez pour un stage de découverte.


G. : Quelles sont les créations dont tu es le plus fier ? Et pourquoi ?

SOTO : J’ai envie de te répondre « la prochaine » car je ne m’attarde que peu sur les designs passés. Mais s’il faut tout de même en choisir, ce ne serait pas uniquement pour le design mais pour la réaction reçu et je dirai alor mes concepts des Timberwolves et des Hawks car j’ai reçu les félicitations de Kevin Garnett et Dominique Wilkins. Ce qui est toujours gratifiant.

SOTO Uniforms Design NBA Atlanta Hawks Wilkins


G. : Les clubs ne devraient-ils pas plus consulter les fans avant de sortir un maillot ?

SOTO : Les consulter oui, mais pas obligatoirement prendre tout pour argent comptant. Car faire le design d’un maillot est un véritable métier. Il ne suffit pas qu’il soit beau sur le papier, comme on peut le voir avec pas mal de designer qui s’essayent à cet exercice, mais qu’il soit réalisable dans les contraintes de chaque équipementiers. Je vois trop de jolis détails qui ne sont pas faisables sur certains concepts.

C’est donc du boulot de graphiste mais pas de designer en équipement sportif. La différence entre les deux métiers est très importante. Ma formation première étant styliste modéliste, j’ai une réelle connaissance du textile et du vêtement, ce qui est un réel plus.


G. : Quelle serait la façon idéale d’impliquer les supporters dans le process de création ?

SOTO : Au delà du supporter, il est important de s’attarder sur les valeurs, l’histoire et les éléments importants d’un club.

G. : Quelles sont les limites dans l’implication des fans dans le process de décision ?

SOTO : Se renseigner auprès des supporters est à mon sens très important mais pas suffisant. Il suffit de regarder les réactions de certains supporters du RC Lens quand sont arrivés des maillots verts et noirs. Même si ce maillot a globalement été bien reçu, nombreux ont râlé en disant que ce n’était pas les couleurs du club… Alors qu’elles sont parmi les premières du club.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SOTO uniforms design ⚜️ (@soto_ud)


G. : Tu peux nous donner ton top 3 des maillots de football que tu aurais aimé avoir designé ?

SOTO : De football je dirai 2 des maillots « Dia de los muertos » faits par Charly Futbol cette saison pour ses clubs mexicains. Et pour le côté souvenir, le maillot fait par Duarig pour Jérémie Janot en hommage aux Green Angels. Maillot porté qu’une fois car interdit par la ligue si mes souvenirs sont bons.


G. : Tu travailles beaucoup avec les clubs en direct ? Depuis combien de temps ?

SOTO : Je travaille pour les clubs depuis 2004 donc ça fait un petit moment mais ça ne fait effectivement que depuis peu que je communique dessus car je ne suis pas de ceux qui aiment se mettre en avant. Mais il faut bien alors je me force un peu. J’ai travaillé pour des clubs amateurs et professionnels.

Les créas de SOTO


G. : Maintenant que tu es au coeur du design de maillots de foot ou même de basket, peux-tu expliquer comment se fait la création d’un maillot ? Comment s’articule le travail entre le club et l’équipementier ?

SOTO : Tout dépend vraiment du club, du sport et de l’équipementier. Certains s’y prennent très tôt avec des maillots validés 1 an avant alors que d’autres ne passent aux prototypes que 2 mois avant le début de saison. De la même façon certains clubs s’investissent dans le design alors que d’autres laissent l’équipementier faire. Il n’y a pas qu’une seule façon de faire.


G. : Quel est ton top 3 des équipementiers qui travaillent le mieux en ce moment ?

SOTO : En football Charly Futbol fait vraiment des trucs sympa. Niveau utilisation des matières, notamment le bi matière, Macron Sport est aussi très intéressant. Ensuite je dirai le fournisseur que j’ai depuis quelques mois et que je propose en marque blanche aux clubs qui me contactent directement car on est sur une production 100% française, et des matières très hauts de gamme notamment sur le basketball.