Spectateur assidu des Chroniques de Motor City, c’est avec joie que j’ai accepté de participer au projet de Winston et son calendrier de l’avent 100% Detroit Pistons ! Quel joie d’en être et d’apporter ma pierre à l’édifice en participant à ce podcast. Il fallait sélectionné un match de la franchise du Michigan. Pas facile de faire un choix parmi des milliers de matchs.

L’enregistrement de ce podcast est une grande première pour moi. J’ai abordé ce défi à la façon d’un apprentissage. J’ai une idée derrière la tête pour l’année 2021. Je vous en dis un peu plus très rapidement. Les premières phrases sont un peu tendues et récitées. Mais avec l’intervention de Winston je me suis rapidement senti à l’aise. Une expérience unique que je suis compté d’avoir vécu.

LE DERNIER MATCH AU PALACE D’AUBURN HILLS

Je n’ai pas choisi un match pour son résultat, ni pour son intensité, ni pour une performance unique d’un joueur et encore moins pour une bague de champions. Aujourd’hui, je vous emmène en Avril 2017. Et puis précisément le 10 Avril 2017 : Il s’agit du dernier match des Pistons au Palace d’Auburn Hills.

Depuis 29 ans, le Palace d’Auburn Hills accueille les matchs des Pistons. Une éternité pour une franchise qui a beaucoup déménagé par le passé. Cette longévité et son histoire en font une salle mythique dans la légende de la NBA. Livré en 88 (mon année de naissance), c’est au Palace que la Franchise du Michigan a connu le succès et remporté ses 3 titres de champions NBA en 89, 90 et 2004.

Habituée aux exploits et aux victoires, la fin de l’histoire entre le Palace et les Pistons se terminent, comme un symbole, par une défaite et une non-qualification en Playoffs. La fin d’une ère pour une franchise qui aura traversé les années 2010 comme un vaisseau fantôme. Le match de basket de cette nuit d’avril 2017 n’a pas beaucoup d’intérêt en soit mais bon… parlons en quand même !

⬇Tu peux t’installer confortablement et écouter ce podcast très qualitatif ⬇

DETROIT PISTONS VS WASHINGTON WIZARDS / DÉFAITE 105-101

5 de départ des Pistons

  1. Ish Smith
  2. KCP
  3. Henry Ellenson
  4. Marcus Morris
  5. Andre Drummond
  6. Tobias Harris

5 de départ des Wizards

  1. Brandon Jennings
  2. Bradley Beal
  3. Kelly Oubre
  4. Markieff Morris
  5. Marcin Gortat
  6. Ian Mahinmi pour représenter la France ! Cocorico !

Mais aujourd’hui, on ne parlera pas d’action flamboyante, de tir au buzzer, d’un Tobias Harris remplaçant ou encore de la palpitante confrontation entre les frangins Morris. L’intérêt de ce match ne se situait pas sur le parquets malheureusement pour la franchise et les hommes de Van Gundy.

Ce 17 Avril 2017, se joue le dernier match d’une saison qui se termine sans Playoffs. Avec un triste bilan de 45 défaites pour 37 victoires, les Pistons terminent à la 10ème place de la Conférence Est. Une saison à oublier rapidement. Malheureusement les suivantes se ressemblent un peu et la franchise s’est habituée au ventre mou de la Conférence Est.

Devant un match sans intérêt, les fans ont pu tout de même se régaler en retrouvant les anciennes gloires de la franchise. Ce soir-là, il fallait se tourner vers les tribunes pour avoir des étoiles dans les yeux. Car oui il y avait du beau monde au Palace ce soir d’Avril. Parmi ces légendes, il y avait Isiah Thomas, Dennis Rodman, John Salley, Rick Mahorn en tant que rescapés de l’ère Bad Boys.

Les champions de 2004 étaient aussi venus rendre un dernier hommage à leur salle. Là où ils ont livré tant de belles batailles. Il y avait Billups, Wallace, RIP Hamilton ou encore Prince. Ce sont eux qui ont écrits les plus belles pages de l’histoire de la franchise du Michigan. Des récits parfaitement racontés dans le podcast « Les Chroniques de Motor City ».

POURQUOI AVOIR CHOISI CE MATCH DES PISTONS ?

Je suis un fan des Girondins de Bordeaux et plutôt un nostalgique dans l’âme. Les stades modernes je les trouve confortables et bien équipés mais sans âmes surtout. Je garde un souvenir puissant et ému du dernier match des Girondins au Parc Lescure. Le score importe peu et la saison était moyenne. Annonciatrice d’un certain déclin aussi. Et pourtant ce fut une fête totale. Des anciens, des buts, du beau jeu. Un moment inoubliable que j’ai vécu avec les Ultras et mon beau-frère, Antoine. On en parle encore aujourd’hui et je garde précieusement le teeshirt commémoratif.

Bordeaux a déménagé pour le Matmut Atlantique. Le nom c’est déjà triste mais passons. Ce nouveau stade était pour l’Euro 2016. On se retrouve avec un stade qui sonne vide car les spectateurs ne viennent plus. C’était attendu. Je trouve la situation similaire avec les Pistons. On n’achète pas une âme. Elle se construit à travers des équipes et des épopées qui rendent les fans fiers. Pistons & Girondins, même combat !

DETROIT PISTONS : POURQUOI CE DÉMÉNAGEMENT ?

Le propriétaire des Pistons voulaient se rapprocher de Detroit. Et oui, le Palace d’Auburn Hills est quand même bien loin de Detroit car à 40 km. Dorénavant les Detroit Pistons joueront en centre ville à la Little Caesars Arena. Une salle qu’ils partagent avec l’équipe de Hockey sur Glace des Red Wings. Ils retrouvent Detroit après 38 années. Un symbole fort dans l’histoire compliquée que les Pistons entretiennent avec la ville du Michigan.

À l’automne 2017, les fans découvrent une salle flambant neuve qui attend une étincelle pour reprendre feu. Pour l’instant c’est une Arena triste qui n’affiche pas complet et ce bien avant les restrictions COVID. Les affluences sont en chute en libre. Il faut une âme. Et pour donner une âme à une salle, il faut des victoires et des joueurs majeurs. C’est finalement assez simple comme équation.

Sous les yeux tristes et embués des fans de Detroit, le Palace a été détruit en Juillet 2020. Quand on parle de reconstruction chez les Pistons ont fait pas semblant en tout cas. Une franchise mythique qui mérite de revivre la gloire et la folie des Playoffs. Et si nos frenchies Hayes et Doumboya peuvent aider c’est encore mieux !

Les chroniques de motor city detroit pistons NBA
Isiah Thomas & Dennis Rodman devant les 3 trophées de Champions NBA de la franchise.

Découvrez vite le site des Chroniques de Motor City !