Le football est comme la vie, il requiert de la persévérance, de l’abnégation, un sacrifice au travail, du dévouement et le respect de l’autorité.” Vince Lombardi. En une phrase, le célèbre entraîneur de football américain, 5 fois vainqueur de la NFL et notamment vainqueur des deux premiers Super Bowl, a résumé toute la ferveur que ce sport suscite au pays de l’oncle Sam. Pourtant, le Foot US se pratique dans moins de 50 pays dans le monde, un chiffre bien modeste en comparaison à d’autres sports comme le basketball ou le football. 

Le football américain a en effet du mal à s’ouvrir à l’international. En 2019, seulement 1,4% d’étrangers évoluaient en National Football League (NFL), la ligue américaine de football US qui est de loin le championnat le plus relevé de la discipline.

La France, deuxième pays européen ayant le plus de licenciés en football américain n’est pas épargnée par cette statistique. À ce jour, seul un français a eu la chance d’évoluer en NFL, de quoi nourrir la curiosité des amoureux du foot US par rapport aux difficultés des français à intégrer cette espèce de “League fermée”. 

NFL : DES CONDITIONS PLUS FAVORABLES AUX US ?

… Quand tu es footballeur dans le cursus au Canada ou aux USA, tout est fait pour que tu sois un joueur de football américain. En Europe (France, Allemagne, Autriche), tu dois t’entraîner tout seul. Tu dois te débrouiller seul.” Stanley Zeregbe.

Si les français ont autant de mal à s’exporter dans la NFL, c’est avant tout parce que l’environnement n’est pas aussi favorable en France que cela peut l’être aux États-Unis pour se professionnaliser dans ce sport. Malgré les efforts de la Fédération Française de Football Américain (FFFA), le football américain a encore une importante marge de progression dans l’Hexagone. Et pour cause, l’apprentissage de ce sport n’est pas aussi répandu que peut l’être celui du football ou du basketball. Par exemple, contrairement à ces derniers, le football américain n’est pas enseigné à l’école. Il est découvert par les jeunes lorsqu’ils sont déjà assez grands et qu’ils ont envie de découvrir quelque chose d’atypique. Cet éveil tardif peut constituer un handicap par rapport aux jeunes américains qui ne vivent que pour ce sport dès leur plus jeune âge. 

Mais en dépit de cette barrière culturelle, les performances des frenchies qui réussissent à se hisser dans cette ligue sont loin d’être décevantes. 

UN SPORT QUI A DU MAL À S’OUVRIR À L’INTERNATIONAL…

En France, ils sont environ 23.000 à détenir une licence de football américain. Bien que l’Hexagone soit le deuxième pays européen en la matière derrière l’Allemagne, ce chiffre reste très en deçà de ceux des autres sports. C’est la preuve que le football américain a du mal à s’ouvrir à l’international. 

Quand j’ai été drafté par la Ligue, elle a insisté pour que je prenne un passeport américain. Ils ne voulaient pas qu’on puisse dire que l’étranger jouait dans leur Ligue… ” raconte Richard Tardits, seul Français à avoir évolué en NFL. 

Il faut donc savoir s’adapter aux réalités US pour réussir dans ce sport qui a clairement du mal à s’ouvrir à l’international. Une situation qui vient ajouter une couche de difficulté aux pronostics dans le football américain, à moins d’en être un fin connaisseur. 

TRÈS PEU DE VOIES POUR ACCÉDER À LA NFL DEPUIS L’EUROPE 

Pour les européens, jouer en NFL est perçu comme le “Rêve Ultime”. Jusqu’en été 2007, la NFL accompagnait l’accomplissement de ce rêve par le biais de la NFL Europa, une sorte d’antichambre de la NFL. Cette compétition lancée au début des années 1990 avait pour objectif de permettre aux meilleurs joueurs européens d’avoir des chances d’évoluer dans des équipes de NFL. En 2007, la National Football League annonce la cessation de la NFL Europa et préfère se concentrer sur l’organisation des matchs de saison régulière de NFL dans d’autres villes du monde pour faire connaître le football américain. 

Outre la défunte NFL Europa, les voies pour jouer en NFL quand on est européen ne sont pas nombreuses. Il y a la voie universitaire qui consiste à intégrer la fac d’une université aux USA ayant une équipe performante de football américain et espérer taper dans l’œil d’un recruteur. Mais il faut bien entendu avoir passé les 18 ans, et on est d’accord que l’objectif premier est bien les études. 

Il n’y a pas d’autres options pour jouer en NFL qu’avoir de la chance et avoir réussi une bonne carrière universitaire “ Dante Hall.

À défaut de passer par l’université, il est possible d’entrer en NFL en empruntant le chemin de la ligue canadienne qui est en quelque sorte la 2ᵉ division de la NFL. C’est donc un bon tremplin pour être drafté dans une équipe de la ligue américaine. 

Enfin, la NFL organise chaque année des programmes de stage visant à faire venir environ une douzaine d’athlètes européens pour s’entraîner pendant plusieurs mois aux États-Unis, et tenter de faire le grand saut de l’Europe vers une équipe de NFL. 

Au final, les français et la NFL, c’est une histoire qui certes a du mal à prendre son envol, mais qui réserve certainement de meilleurs lendemains à mesure que de plus en plus de jeunes intègrent la ligue.