Après une carrière universitaire flamboyante à l’Université de St. John, Christopher Paul Mullin reçoit le John R. Wooden Award en 1985 (trophée décerné au meilleur joueur universitaire de l’année). Il se présente alors à la draft 1985 et est sélectionné à la 7ème position par les Warriors de Golden State. Comparé dès son plus jeune âge à Larry Bird, Chris Mullin apparaît comme un joueur complet. Nous lui réservons notre premier épisode du « Throwback Thursday ». Nouvelle rubrique qui mix nostalgie, hommage et balle orange.

Pour son premier match en carrière, il inscrit le panier victorieux à 15 secondes de la fin du match. Il termine sa saison rookie avec le 2ème meilleur pourcentage aux lancers francs de la ligue (89,6%), deuxième meilleure performance de l’histoire pour une première saison depuis Ernie DiGregorio en 1973-1974. Mais le phénomène originaire de New York se sent mal en Californie. Il sombre dans l’alcool.

Après avoir connu George Karl sur le banc des Warriors, c’est au tour de Don Nelson de s’occuper du jeune prodige. Ce dernier le convainc de suivre une cure de désintoxication dans laquelle il passe 48 jours. Une véritable renaissance pour Christopher puisqu’il produit pour son retour une magnifique saison à 20,2 points, 4,8 passes et 3,4 rebonds de moyenne par match.

Deux saisons prometteuses, une bonne saison, puis l’explosion. 5 années consécutives à plus de 25 points, plus de 3,5 passes et plus de 5 rebonds (toujours à plus de 50% au tir). Dès sa 4ème saison, il devient le 3ème joueur de l’histoire des Warriors à compiler 2 000 points, 400 rebonds et 400 passes en une saison (après Wilt Chamberlain et Rick Barry). Il forme avec Mitch Richmond le duo le plus prolifique de la NBA, qui apporte 48,6 points par match. Pour sa première campagne de playoffs, il score 29,4 points par match à 54% au tir.

Après l’arrivée de Tim Hardaway, un des trios les plus emblématiques de l’histoire se forme Run TMC, en rapport au célèbre groupe de rap Run DMC. Sa saison 1991-1992 est magnifique. Il rejoint Wilt Chamberlain dans le club des joueurs de la franchise à avoir marqué au moins 25 points de moyenne durant 4 saisons consécutives. Il finit la saison dans le top 10 de l’histoire de la franchise dans 16 catégories statistiques différentes.

En difficulté en playoffs, Chris Mullin décroche tout de même la médaille d’or aux Jeux Olympiques de 1992 avec la Dream Team composée entre autres de Michael Jordan, Magic Johnson ou encore Larry Bird. En 1997, il est transféré aux Pacers de l’Indiana où il passe 3 saisons et connaît les finales NBA 2000 perdues face aux Lakers intenables de Shaq et Kobe. Il revient pour une ultime saison aux Warriors en 2000-2001, avant de prendre une retraite bien méritée après 16 saisons disputées.

Chris Mullin, c’est 18,2 points, 3,5 passes, 4,1 rebonds, 1,6 interceptions et 0,6 contres en 986 matches de saison régulière et 71 de playoffs. C’est aussi 1 All-NBA First Team (1992), 2 All-NBA Second Team (1989, 1991), 1 All-NBA Third Team (1990), 5 sélections au All-Star Game (1989, 1990, 1991, 1992, 1993), le numéro 17 retiré aux Warriors en 2012 et une place au Hall Of Fame en 2011 Mais Chris Mullin, c’est avant tout des étoiles plein les yeux pendant 16 saisons NBA (dont 5 à un niveau exceptionnel) et l’un des trios les plus légendaires de la ligue.

Merci Christopher.

via GIPHY