Un titi parisien a Paname dans le sang. Ça pourrait être la devise de Kevin Franceschi. Le natif d’Argenteuil a baroudé avec sa balle orange avant de revenir jouer pour le Paris Basketball. De la NCAA à l’Allemagne en passant par le championnat grec, cet arrière scoreur s’éclate en Pro B avec humilité mais ambition.

Le combo guard de 27 ans nous a répondu dans un entretien éclair mais passionnant !

Grounds : Beaucoup de jeunes joueurs français rêvent des States. Tu as toi-même connu la NCCA. Avec le recul, c’est un défi qu’il fallait tenter ou tu regrettes ?

Kevin Franceschi : Je n’ai aucun regret sur mon depart aux Etats-Unis ! J’ai énormément appris et pu avoir mon diplôme en parallèle. Cette experience m’a forgé positivement à plein de niveaux.

G. : Quels conseils ou pièges à éviter donnerais-tu à un jeune en 2020 ?

Kevin : Mes conseils resteront les mêmes : trouver sa passion, travailler dur et croire en soi. Quand tu fais ces 3 choses, beaucoup de positif en ressort.

G. : Après beaucoup de déceptions, quelle est la saison tournant dans ta carrière ?

Kevin : Je dirais mes saisons en Allemagne et en Grèce. J’avais un rôle majeur et j’ai pu m’exprimer et me développer sur beaucoup d’aspects. Être un étranger dans une équipe c’est beaucoup de responsabilité, et j’ai toujours voulu en avoir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Paris Basketball 🏀 (@paris.basket)

G. : Ça représente quoi pour un titi parisien de revenir jouer dans la Capitale ?

Kevin : C’est un grand plaisir. Je suis avec ma famille et mes proches. Je peux représenter la banlieue parisienne et montrer aux jeunes derrière que le travail fini toujours par payer.

G. :Le projet parisien est ambitieux. Quelle est ta place dans tout ça ?

Kevin : Oui Paris Basket a de grandes aspirations. Ma place c’est d’aider le club à aller de l’avant en apportant mon jeu et mon énergie. Chacun rapporte sa propre pierre à l’édifice.

G. : En jouant ici, tu boucles la boucle ou ce n’est qu’une étape ?

Kevin : Je ne pense pas à la saison prochaine. C’est déjà une saison très compliquée et jamais vu dans le monde du sport. On ne sais même pas de quoi est fait demain. Je suis focus à fond sur cette saison pour l’instant.

G. : Paris Basketball développe une identité visuelle forte et une vraie image street. Tu t’y retrouves ou c’est un détail ?

Kevin : Venant d’Argenteuil en ayant grandit et commencé le basket sur les playgrounds, oui je m’y retrouve beaucoup ! Paris Basket est très présent sur l’image et c’est très fort.

G. : Tu te fixes quels objectifs perso et collectifs cette saison ?

Kevin : Collectivement je veux jouer le titre de Champion de France. Personnellement mes objectifs ne changent pas saison après saison. Prendre du plaisir sur le terrain de jeu et progresser tout les jours.

G. : La crise sanitaire chamboule tout. En tant que sportif de haut niveau, comment tu adaptes ton quotidien avec les matchs reportés ?

Kevin : Pas le choix, on doit s’adapter ! Rester fort mentalement et positif, c’est le plus important dans cette période.

G. : T’es connu pour ton éthique de travail. Ça t’a aidé à maintenir le cap malgré le Covid ?

Kevin : Le basket et le travail qui va avec c’est toute l’année pour moi ! Je n’appelle pas ça du travail. J’ai toujours aimé bossé sur mon jeu, parce que les résultats seront toujours là. Quel que soit la période ou le contexte, mon approche reste identique.

G. : En tant que gros travailleur, tu regardes les vidéos de quels joueurs NBA pour t’améliorer ?

Kevin :Je regarde beaucoup Damian Lillard et Chris Paul en NBA.

kevin Franceschi paris basketball prob

Crédit photo @ Yoann Guerini aka lebougmelo.