Que vous soyez sportif depuis toujours et que le running représente une activité vraiment chronophage, ou que vous soyez un simple coureur occasionnel, le problème reste le même sitôt que les beaux jours sont passés : il faut courir dans le froid et il faut en tenir compte lors de l’activité.

Dans cet article, nous allons prendre un peu de temps pour aborder le sujet sous l’angle physiologique dans un premier temps, puis nous nous pencherons sur les différents équipements qui peuvent être utilisés en fonction du contexte.

par Romain Pillard.

LE FROID N’EST NI AMI, NI ENNEMI…C’EST UN CONTEXTE.

Il convient de préciser une chose qui pourra peut-être sembler inaudible pour certains, mais le froid ne doit pas empêcher de faire de l’exercice, ou bien de faire un petit jogging, même si cela peut s’avérer moins agréable, tout du moins au démarrage. Évidemment, cela ne compte pas si vous habitez en Antarctique ou que la météo présente un thermomètre affichant moins 50 °C, auquel cas, en de telles circonstances, le mieux est effectivement de rester au chaud et de faire des squats ou un petit footing autour de la table du salon et du canapé !

Une fois cela précisé, et si vous êtes effectivement prêt à braver les éléments pour courir dans le froid alors que la température est très basse, voici quelques généralités que nous souhaitons partager avec vous. 1/ ne vous lancez pas dans la course sans vous êtes échauffé un tant soit peu au préalable. 2/ ne démarrez pas avec le ventre bien rempli ou en pleine période de digestion. 3/ n’oubliez pas qu’environ un tiers de la chaleur évacuée par le corps se fait par la tête.

Est-ce bien la peine de rappeler que le corps, pour maintenir une température stable, va se mettre à transpirer lorsque vous aurez parcouru une certaine distance ? Or la transpiration entraîne de l’humidité, qui est en soi un facteur de refroidissement extrêmement important.

courir dans le froid compressport automne / hiver 2019 2020 grounds pantalons hurricane waterproof 10/10

Afin de parer à cette déperdition de chaleur corporelle, sans pour autant la stocker à l’excès, puisque c’est effectivement la clef, nous vous conseillons de vous tenir rigoureusement à la règle suivante, que nous avons nommée la règle des 3 couches :

La première couche est celle qui va se trouver au plus près du corps. Elle doit tenir le rôle d’isolant, tout en évacuant la sueur (un t-shirt de compression serait parfait par exemple…mais essayez d’éviter le coton qui retient l’eau et donc la transpiration). Il s’agit, entre le tissus et la peau, d’isoler une pellicule d’air chaud de l’air glacé extérieur.

La seconde couche sera celle dont le but est de couper l’air et/ou le vent et elle devra de fait être imperméable autant que faire se peut. Cette deuxième couche formera donc une pellicule d’air chaud supplémentaire, dont la chaleur sera alimentée par l’effort.

La troisième couche va servir à isoler les deux précédentes du froid extérieur, optez pour une laine polaire plutôt fine, de sorte que la transpiration puisse s’évaporer au travers des mailles du tissu.

Au niveau des jambes, le mieux est de choisir un survêtement dans lequel vous vous sentez à votre aise, ou un collant plus ou moins épais (les deux peuvent aussi être associés en cas de grand froid). L’important est de couper l’air glacé et de retenir la chaleur au contact de la peau, sans trop se soucier de la transpiration, puisque les membres inférieurs suent relativement peu.

Attention cependant, une fois que vous avez terminé votre séance de jogging, il ne s’agit pas de vous relâcher et de considérer que parce que vous n’êtes plus au pas de gymnastique, alors vous n’avez plus aucun risque de contracter un petit rhume, un bon coup de froid, ou bien pire… Sitôt la course terminée, tâchez de ne pas rester trop statique et ce jusqu’à ce que vous soyez dans un endroit sec, chauffé et que vous ayez enfilé des nouveaux vêtements.

courir dans le froid conseils et équipements running

LES ÉQUIPEMENTS NÉCESSAIRES POUR ÉVITER LE COUP DE FROID

Avant d’aborder spécifiquement les différents vêtements qui vous seront utiles lors de votre séance de running hivernal, une petite remarque de bon sens : privilégiez les tenues foncées, dans la mesure où, comme vous le savez, les couleurs sombres absorbent mieux les rayons du soleil.

Le haut du corps :

Nous l’avons vu, il est important de respecter la règle des 3 couches, et pour ce faire utilisez plutôt des matières chaudes et imperméables. La 1ère couche sera plutôt près du corps et synthétique, la seconde chaude et un peu plus aérée, encore une fois, nous déconseillons le coton, et ce pour les mêmes raison ; enfin la 3ème couche sera si possible légère et coupera du vent et de la pluie. N’oubliez pas de couvrir votre tête, soit via une capuche, soit via un bonnet, mais méfiez-vous , le crâne doit aussi respirer pour évacuer la chaleur. Nous aurons cependant l’occasion de revenir sur le sujet, un peu plus tard, en traitant des extrémités du corps.

Le bas du corps :

Choisissez un bas de survêtement ou un collant plus ou moins long, voire les deux si vous souhaitez vraiment vous protéger d’un froid mordant ou que vous êtes une personne très frileuse. Comme nous l’avons dit plus haut, les jambes transpirent moins, néanmoins, lorsque vous courez, ce sont les premiers membres à travailler, voilà pourquoi il est essentiel de ne pas être en surchauffe.

Pour ce qui est des pieds, conservez-les au sec autant que faire se peut, et n’utilisez que des chaussettes dédiées au sport, de sorte qu’elles soient faites pour évacuer l’humidité liée à la transpiration. Choisissez un modèle et une taille qui vous gaine bien la cheville sans pour autant trop la serrer, car cela pourrait avoir un impact sur la circulation du sang et donc sur votre confort dans la répétition de vos foulées.

Les mêmes remarques peuvent s’appliquer à vos chaussures, qui, encore une fois, doivent être des chaussures dédiées à la course, c’est impératif pour prévenir foulures, tendinites, entorses etc., si possible, les chaussures doivent être imperméables tout en permettant une bonne circulation de l’air et respiration des pieds.




Les extrémités du corps :

Nous l’avons signalé, un tiers de la chaleur corporelle s’échappe au niveau de la tête, mais plus généralement, il faut noter que ce sont toutes les extrémités de notre corps qui ont tendance à être des zones privilégiées d’évacuation de la chaleur. Les pieds, la tête et les mains doivent donc bénéficier d’un régime de faveur, comme le bonnet, les gants, ou encore le cache-oreilles (dont certains modèles rigolos font fureur)… Pour finir, n’omettez surtout pas de vous protéger au niveau de la gorge et du cou, il existe des cache-cous ou des cols montant pour cela.

Pour l’ensemble de ces vêtements que nous venons de citer, préférez des matériaux synthétiques ou tout du moins, évitez la laine ainsi que toutes les matières pouvant avoir tendance à se transformer en éponge avec la pluie, la transpiration ou encore la neige fondue.

Pour terminer, avez-vous réfléchi à votre nez, à votre lèvre, à la peau de votre visage ? Le froid mordant, le froid sec, pourrait avoir un effet déshydratant, par conséquent, si vous sortez faire votre running dans ces conditions météos difficiles, nous vous conseillons d’utiliser un peu de crème un peu grasse et/ou hydratante avant de sortir. Au retour, une fois la douche prise, vous pourrez de nouveau vous hydrater la peau, et vous conserverez le velours et le satiné naturels de votre frimousse originelle !

C’est presque une affaire de bon sens que de sortir courir dans le froid en se couvrant correctement, mais il faut reconnaître que certains conseils sont bons à prendre et c’est dans cette perspective que nous vous avons proposé cet article.

Nous espérons surtout que nous n’avons pas fait qu’enfoncer des portes ouvertes (et tant pis pour les courants d’air…quand on est bien couvert !) et que vous aussi avez pu retirer un ou deux tuyaux afin de pouvoir envisager vos séances de running sans crainte de tomber malade alors que la période des fêtes approche à grandes foulées !