Dans notre 3ème épisode de la série « You’re Talented » nous nous intéressons à un garçon plein d’avenir. Terry Soleilhac aka TerrySo sur les réseaux. Passionné de sport, il se définit comme un créateur visuel. Reconnu comme graphiste, il excelle aussi dans l’art du Motion design. Un nom à retenir dans les années à venir qui travaille déjà avec Adidas, la Mouratoglou Academy et l’ASVEL.

Si les artistes d’hier et d’aujourd’hui sont souvent imaginés avec un pinceau à la main, certains utilisent des tablettes graphiques pour réaliser de véritables œuvres d’art. C’est pour ça que nous nous intéressons de plus en plus à ces graphistes designers de talent qui utilisent leur amour pour le sport comme source d’inspiration.

Grounds : Prénom, nom et âge ?

Je m’appelle Terry Soleilhac, et j’ai 24 ans.

G. : Comment tu pourrais définir ton style ?

Terry : Je dirais que je m’imprègne de l’environnement et du patrimoine qui m’entoure. Ayant fait des études dans le design, et une attirance pour le cinéma fantastique et surréaliste, j’essaye de réaliser des créations visuelles basées sur le côté sombre, contrasté, avec différents jeux de lumières, des ratios de tailles complètement démesurés.

G. : Quelle est ta spécialité ?

Terry : Ma spécialité reste cependant le motion design dans le domaine du sport.

TerrySo motion design graphiste you're talented grounds
TerrySo c’est lui !

G. : Comment est né ton amour pour l’art ?

Terry : J’ai fais des études dans le design et la création numérique et je pense que c’est pendant ces études que j’ai commencé à cultiver cet intérêt pour l’art, le design. Les règles de compositions, le storytelling sont des principes qui existent dans tout un tas de domaine et ca a suscité beaucoup d’interêts chez moi notamment pour pouvoir progresser dans mes projets.

Il s’est ensuite développer à travers de la veille quotidienne sur des sites très inspirants comme Artstation, Motiongrapher ou encore Art of the Titles. C’est important d’être curieux dans nos branches de métier et c’est exactement cette curiosité là qui m’a poussé à me renseigner et me cultiver dans l’art et le design.

G. : Même question pour le sport ?

Terry : L’amour pour le sport me vient tout droit de mes parents qui m’ont mis au sport très jeune (gymnastique, baseball, basketball). En plus de me transmettre une véritable culture du sport et de l’amour pour les US, j’ai de moi-même entretenu cet amour en me projettant dans la culture américaine, en pratiquant dès que possible. Le sport est une religion, je mourrais pour ça.

G. : Tes inspirations artistiques ?

Terry : Ash Thorp, Beeple (Mike Winkelmann), Andrew Kramer avec VideoCopilot, le studio Ordinary Folks avec JR Canest. Chris Do et son entreprise TheFutur à Santa Monica, et côté Français, le studio créatif Blackmeal avec Matthieu Colombel.

G. : Quel est ton moment favori dans le processus créatif ?

Terry : J’apprécie beaucoup le fait de voir le résultat d’un WIP (Work in Progress). Montrer les différentes étapes d’une création, d’un point A au point Z, c’est tellement gratifiant. J’aime beaucoup aussi partager mon process avec d’autres personnes. La diffusion aussi du livrable final sur le réseau du client et de voir les retours émis à ce sujet, c’est comme un aboutissement final et j’en suis très heureux de pouvoir vivre ces moments et partager ces émotions.

G. : Quel est ton projet du moment ?

Terry : Mon projet personnel du moment est ma série graphique NBA Legends où je tente de rendre homage aux diverses légendes qui ont marqué la ligue et leurs équipes respectives. C’est aussi un moyen pour moi de me cultiver sur les autres époques que la grande ligue a connu, bien avant les LeBron, et Curry. S’imprégner de cette culture-là et de son univers est un levier de motivation pour la suite de mes projets !

En projet professionnel, je pense que l’année 2022 va être une année charnière puisque je vais très certainement lancer mon propre studio de création graphique, orienté sport et entertaiment. Je suis tellement excité à l’idée de me lancer !

G. : Plus grande fierté ?

Terry : Ma plus grande fierté restera d’avoir pu étudier à UCLA, à Los Angeles pendant quatre mois en 2019. Je remercierai jamais assez mes parents qui m’ont mis dans toutes les prédispositions nécessaires pour que je puisse m’épanouir dans ce que je fais. C’est grâce à eux que j’ai pu assister au Staples Center au match entre les Warriors et Lakers avec la bande de KD, Curry, Thompson, Cousins, face à LeBron. Merci à eux de m’avoir fait confiance, Je m’éclate aujourd’hui dans ce que je fais, et c’est grâce à eux. Tout le mérite leur revient.

G. : Ton sport préféré ?

Terry : Cela reste le basketball à coup sur. J’ai eu la chance d’en faire depuis tout petit, en plus du baseball que mon père pratiquait. Le jeu en équipe ainsi que la dynamique qu’apporte ce sport ont toujours eu un impact positif sur moi. Et quand j’ai découvert l’univers de la NBA, j’en suis encore plus tombé amoureux !

G. : Le sportif qui t’inspire ?

Terry : Die-hard fan des équipes de San Francisco, je ne peux que te citer Stephen Curry. Il m’inspire dans son style de jeu, son attitude. Le fait qu’il ne faut pas avoir les muscles et physiques de LeBron pour réussir en NBA, que le QI basket est tout aussi important. C’est aussi un modèle au quotidien sur sa prise de position sur l’importance de la WNBA et du basketball féminin.

G. : Ton life goal ?

Terry : J’ai pour objectif de m’installer aux Etats-Unis, en Californie principalement. Je souhaite développer ma carrière avec mon studio qui possède des antennes dans le monde entier. Pouvoir établir des ponts entre les différentes cultures et connecter les créatifs entre eux me semblent un objectif tout à fait audacieux et ambitieux. Proposer un enseignement mêlant sport et design, sur le process créatif, cela permettrait d’échanger et de rencontrer tout un tas de profils créatifs que l’on n’aurait pas eu l’oppportunité de rencontrer tout seul.


Dans un second temps,
travailler pour la NBA, qu’est ce que j’en rêve. Ca sera l’achievement ULTIME !