Paradoxalement, si faire du sport est bon pour la santé, cela ne l’est pas forcément pour la planète. Les sportifs ont conscience de l’empreinte carbone d’une course de formule 1, des canons à neige des pistes de ski ou encore de celle d’un remaniement entier d’une ville en vue des Jeux olympiques.

Mais ils sont parfois moins sensibles quant à l’impact écologique d’une séance de grimpe et l’usage de magnésie, d’un parcours de golf dont l’entretien nécessite plusieurs milliers de mètres cubes par jour ou encore d’une partie de tennis, 5e sport le plus polluant du monde. Heureusement, il existe des sports écolos qui permettent de se dépenser tout en respectant l’environnement.

LE PLOGGING : LE SPORT TENDANCE DES ÉCOLOS

S’il n’est pas encore prescrit par tous les coachs sportifs, le plogging est une activité physique qui fait tout de même 18 000 adeptes en France. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce terme un peu barbare ? Eh bien le mot plogging tire son étymologie du suédois « plocka skräp » littéralement « ramasser les ordures » et de l’anglais « jogging ». Cette tendance venue tout droit de la Suède est apparue en 2016 et consiste à courir tout en ramassant des déchets.

Si les bienfaits sur le corps sont similaires à ceux d’une course à pied classique, le petit plus c’est que le plogging sollicite aussi d’autres muscles, car le ploggeur est amené à régulièrement se pencher pour collecter une ordure. On retrouve d’ailleurs pas mal d’évènements autour du plogging durant la Journée mondiale de l’environnement qui a lieu chaque année le 5 juin. Un bon moyen d’allier pratique sportive, écologie et nouvelles rencontres.

les sports écolos par grounds vélo cyclisme
Crédit photo @ Tiffany Nutt

LES SPORTS NAUTIQUES : VERS DES ÉQUIPEMENTS PLUS SOUCIEUX DE L’ENVIRONNEMENT

En théorie, les sports nautiques sont plutôt réputés être écologiques. Toutefois il faut nuancer ce propos. Faire du catamaran, du dériveur ou encore de la planche à voile nécessite une bonne maîtrise des vents et de la dextérité ce qui limite l’empreinte carbone. Et garder la mer propre fait partie des principales préoccupations chez les passionnés de voile.

Mais le souci principal demeure la composition des matériaux des embarcations. C’est la même problématique que pour les éoliennes. L’exploitation est « écologique », mais pas les matériaux de fabrication. Les équipements non plus ne sont pas 100 % écofriendly. Par exemple, certaines combinaisons de voile sont en néoprène, un caoutchouc synthétique….

La bonne nouvelle c’est qu’un énorme effort est fait chez les fabricants qui travaillent activement sur la production de modèles innovants et respectueux de l’environnement. Cette conscience écologique du sport nautique s’étend aussi au marché du surf. Récemment, des étudiants américains ont fabriqué la première planche de surf écoresponsable, faite à base d’huile d’algues. Starboard, une des références du secteur conçoit même désormais des planches en résine époxy bio.

top des sports écolos paddle sup
Crédit photo @ Nathan Forbes

L’ÉQUITATION : FAIRE DU SPORT AVEC UN ANIMAL RENDRAIT-IL ÉCOLO ?

Pratiquée en plein air, l’équitation fait partie des activités physiques les plus écologiques. Pas besoin d’un manège ni d’une carrière pour travailler son cheval ou faire du saut d’obstacle. La nature est un excellent terrain. Et les cavaliers sont très soucieux d’une utilisation d’équipement respectueux de l’environnement. Tapis de selle fabriqué en matériaux durables, onguent pour sabots 100 % naturels, shampoing démêlant bio… des efforts sont même faits pour proposer des étriers en matières renouvelables.

Aussi, une monte écologique est souvent associée au Parelli Natural Horsemanship, un programme d’équitation naturelle destiné à approfondir les relations entre un humain et son cheval tout en respectant la nature profonde de l’animal. D’ailleurs, la plupart des cavaliers adeptes de cette méthode préfèrent voir leur cheval dans un champ que dans un box.

Par ailleurs, les centres équestres ont à cœur d’optimiser leur consommation d’électricité en installant par exemple des panneaux solaires, ils veillent également à limiter le gaspillage de l’eau en arborant des collecteurs d’eau de pluie et utilisent fréquemment le crottin de cheval pour fabriquer du compost et en font profiter les agriculteurs alentour.

On pense forcément au trail et l’ultra-trail qui est un sport écolo par essence.