Ranna c’est l’histoire de 3 passionnés de football qui décident un jour de tenter l’aventure de l’entrepreunariat. Mais comment tirer son épingle du jeu dans un milieu si concurrentiel ? C’est avec les chaussettes de performance antidérapantes qu’ils comptent se faire une place sur les terrains de l’hexagone.

Nous avons longuement échangé avec Alexandre Adler, cofondateur, pour mieux comprendre les motivations des frenchies. 1 heure plus tard, nous étions convaincus ! De l’innovation, du Made in France et du ballon rond … Cocorico !

LES HOMMES PASSIONNÉS DERRIÈRE L’AVENTURE RANNA

Pour comprendre les motivations de Ranna, il faut d’abord connaître les 3 cofondateurs de la marque. Un nom ne sera pas inconnu pour les fins connaisseurs du football français. Cédric Kanté est l’un des cofondateur. Il jouit d’un beau carnet d’adresses et d’une volonté à toutes épreuves. Très présent sur la levée de fond avec des contacts sur les investisseurs, il gère aussi la partie dotation.

Steven Delavau, ancien joueur pro aussi, s’occupe de la créa et du site internet, du design des produits et de réseaux sociaux. Et bien sûr Alexandre Adler, notre interlocuteur, qui gère les RP et public. Il est la « voix » de Ranna. Il se sert de son passé et de ses contacts pour être toujours proche des médias. Une belle team qui se complète. Et pour l’instant, ça marche !

Et même si les ventes ont pris un tacle à la carotide, la crise du Covid-19 s’est avérée salvatrice pour Ranna. L’équipe a mis le pied sur le ballon pour prendre un peu de recul. Le moment parfait pour se recentrer sur l’essentiel et les nouveaux projets comme une levée de fonds.

ranna chaussettes football antidérapantes fondateurs
Cédric Kanté, Alexandre Adler et Steven Delavau, les 3 cofondateurs de Ranna.

UNE LEVÉE DE FONDS EN APPROCHE POUR CONTINUER DE GRANDIR

Le confinement ? L’occasion aussi de recharger les batteries car les prochains mois s’annoncent denses pour la Team Ranna. Campagne de pub étendue, sponsoriser des posts, programme de recherche et développement sur la gamme Ranna. Les projets ne manquent pas !

Pour continuer de grandir, il faut lever des fonds. C’est une étape charnière dans le développement de la marque Ranna. Alexandre Adler confie « que c’est un objectif prioritaire pour 2020 car l’année 2021 s’annonce riche en projet ». C’est aussi la raison de leur entrée en incubation SEMIA Grand-Est en 2019. Encore une preuve du potentiel de leur business !

Le point phare sera le lancement du programme de recherche et développement. Pour être toujours plus performant et offrir aux athlètes ce qu’ils sont en droit d’exiger. C’est ce qui anime Ranna au quotidien.

RANNA RELÈVE (AVEC SUCCÈS) LE DÉFI DU MADE IN FRANCE

Le Made in France ou Fait en France s’est rapidement imposé comme une évidence pour nos 3 compères. « Nous voulons avoir un impact environnemental et sociétal car c’est dans notre ADN de faire fabriquer tous nos produits en France ». Une belle mission que ce sont donnés les fondateurs de Ranna.

Avec l’expérience du terrain la vision a un peu évolué. Mais l’idée de base reste inchagée pour Alexandre Adler. Ils veulent « changer le monde en faisant bénéficier les gens qui nous sont proches, c’est à dire le peuple français ». Mais pour ça, il ne faut pas avoir peur de se retrousser les manches. Car faire bouger les lignes ça prend du temps mais ça en vaut la peine aussi !

Une certitude : le modèle économique est viable et (presque) rentable. Faire produire en France coûte 5 à 10 fois plus cher que faire produire ailleurs. En se positionnant sur un marché hyper spécialisé, Ranna peut se permettre de mettre sur le marché une chaussette antidérapante à un prix relativement élevé en respectant une condition. Continuer de proposer des produits performants et innovants.

moussa Sissokho Ranna chaussettes de performance r-one grip
Moussa Sissoko portait les chaussettes Ranna lors de la dernière Finale de Ligue des Champions.

DES CHAMPIONS DÉJÀ CONVAINCUS PAR LES CHAUSSETTES RANNA

Déjà 150 athlètes font confiance à Ranna dans leur quête de performances. avec beaucoup de joueurs de Ligue 1. La marque peut compter sur un ambassadeur de renom. « Moussa Sissoko est notre porte drapeau. On rêverait d’un emblème comme un Kilian Mbappé mais chaque chose en son temps ! ». Plus récemment, c’est Olivier Giroud qui s’est affiché avec les chaussettes R-One Grip lors de la reprise de l’entraînement de Chelsea.

Nous sommes entrés dans une ère d’optimisation totale de la performance. Nutrition, récupération mais aussi l’équipement. Dans cette quête d’amélioration constante, les gains marginaux prennent désormais une place centrale. Si on peut améliorer sa performance de 1, 2 ou 3% pourquoi s’en priver ?

C’est exactement le but des chaussettes antidérapantes Ranna. Avec un meilleur appui et une meilleure stabilité vous ne glissez pas dans vos chaussures et vous gagnez du temps sur vos reprises d’appui. Un dixième, un centième. Très peu. Mais bien assez pour passer devant son adversaire au moment de couper un centre et d’envoyer le ballon au fond des filets.

Acheter maintenant

RANNA : L’AVENTURE NE FAIT QUE COMMENCER !

La jeune marque se veut collaborative et proche de ses clients. Le confinement leur a d’ailleurs permis de réaliser une grande enquête de satisfaction avec des retours majoritairement positifs. Afin de répondre du mieux possible aux exigences du haut niveau, les produits Ranna sont élaborés main dans la main avec les footballeurs.

Quand on demande à Alexandre Adler les ambitions qu’il a pour la marque, la réponse est pleine d’humilité mais résolument ambitieuse. « L’ambition première est d’installer Ranna comme un acteur majeur et essentiel du marché du football français. »

Bien entendu, la bande espère étendre son influence sur les pelouses de toute l’Europe et convaincre d’autres footballeurs de faire confiance aux chaussettes antidérapantes R-One Grip. Et puis il y a ce rêve dans un coin de la tête : « Faire des crampons, c’est un rêve. Mais c’est très compliqué et les problématiques de production sont immenses ».