Une bière à la main, un maillot de football sur le dos et un billet de match dans la poche arrière, Baptiste, Hugo, Clément, Renaud et Guillaume sillonnent l’Europe (et bien plus) au nom d’une passion commune : le football… C’est ça Ol’ball !

Collectionneurs de maillots, groundhoppers ou juste passionnés. Vous pouvez les appeler comme vous voulez. Ces 5 là aiment profondément le ballon rond et toute la culture qui va avec. Nous avons eu la chance de rencontrer Clément de la Team Ol’ball. Avec lui nous avons parlé de ce beau projet et son envie de partager cette passion avec le plus grand nombre.

CRAVEN COTTAGE, BIÈRES ET GROUNDHOPPING

Ol’ball, c’est la passion pour le football dans ce qu’il a de plus beau. Des stades à l’ancienne pleins à craquer, des ambiances inoubliables et des foules unies derrière leur équipe. Un formidable vecteur d’émotions que Clément et sa bande vivent pleinement à travers leurs voyages dans toute l’Europe.

Et les souvenirs ne manquent pas ! Pour Clément et sa bande, impossible d’oublier cette journée au bord de la Tamise dans le stade mythique de Craven Cottage pour voir jouer Fulham. Une ambiance unique qui sent bon la bière fraîchement tirée, la testostérone et le fish & chips … l’Angleterre dans toute sa splendeur !

Déf. Groundhopping : Contraction de « ground » (terrain) et de « hopping » (sautant). C’est le fait de se déplacer pour aller voir des matchs de football dans des stades où l’on n’a jamais été.

À travers ses expériences, la team Ol’ball vit le football dans son aspect le plus culturel. L’important n’est pas forcément le résultat du match en soit. Mais on cherche plutôt une expérience. Une émotion. Ils trouvent leur plaisir en s’imprégnant de la culture d’un club et de ses supporters.

craven cottage ol'ball football groundhopping

OL’BALL, LA QUALITÉ AVANT LA QUANTITÉ !

La collection de Clément et de la team Ol’ball est assez impressionnante. On parle là d’environ 160 maillots. Quand on aime on ne compte pas ?! Mais n’allez pas y chercher le dernier maillot du Real Madrid. Loin des boutiques officielles, c’est dans les friperies bordelaises (et Vinted) qu’ils vont chiner leurs maillots collector. Ne lui demandez pas l’adresse, il garde ça pour lui comme un coin à cèpes !

Parmi les joyaux de sa collection, on peut trouver un maillot du Salvador, d’Haïti, du Vietnam ou encore de Strasbourg en 82. Des pièces dont il est très fier. Pas de big teams mais surtout des perles rares. Certains maillots ont même une valeur sentimentale car comme le dit Clément « Un maillot c’est aussi un souvenir ».

Le graal pour ce collectionneur ? « Le maillot parfait c’est le maillot floqué avec le badge que tu réussi à dénicher à un bon prix ». Il cite notamment celui de Daniel Sturridge avec Chelsea et le badge de la LDC quand ils éliminent le grand Barcelone.

Clément a quelques équipementiers de prédilection. Parmi les géants du sport, Nike trouve souvent grâce aux yeux de ce collectionneur exigeant. Tout particulièrement les maillots third de cette saison qui s’inspirent des années 90. Une belle réussite pour des maillots au look vintage qui respectent l’histoire des clubs.

Avec Ol’ball pas question de bafouer l’héritage d’un club. Il est aussi fan des maillots signés Umbro. L’équipementier anglais est peu connu mais propose toujours des créas avec un grand respect de la tradition. So british !

OL’BALL, UNE « TO DO LIST » BIEN GARNIE !

Le Royaume-Uni offre une expérience inégalée pour nos compères. La culture foot imprègne chaque ville, chaque quartier. Le soccer est une religion. Alors Clément veut en visiter la Mecque … Saint James Park. Aller voir un match de Newcastle est directement inscrit dans sa « To Do List ».

Dans la liste de Clément, il y a bien évidemment quelques maillots que ce passionné rêve d’avoir entre les mains. Parmi lesquels : Chelsea (son club de coeur) en 2012 quand il gagne la Ligue des Champions, Ecosse dans un style Kilt ou encore certains maillots de l’Inter de Milan. C’est d’ailleurs San Siro qui l’a le plus impressionné dans ces aventures.

Pour un autre kiff de ces groundhoppers, il faut traverser l’Atlantique jusqu’à Bueno Aires et la Bombonera. Vous l’aurez compris cette bande n’est pas prête de raccrocher les crampons maillots. Il reste tellement de stade à voir, tellement de maillot à dénicher et tellement d’émotions à partager !

Il n’en faut pas plus pour avoir envie de suivre ces passionnés dans leurs aventures. C’est sur instagram que ça se passe ! Ce jeune compte a déjà reçu le « like » d’Anelka et Monsieur Del Piero. Et maintenant le votre ?