Florian Valot a rêvé de jouer en MLS avec le maillot des New York Red Bulls. Mais aujourd’hui, le rêve laisse place à la réalité. Loin d’être impressionné par l’enjeu, Florian croque à pleines dents chaque minute de jeu que lui donne le coach, Jesse Marsch. C’est peu dire que le français fait l’unanimité chez les observateurs du championnat nord-américain. Vision du jeu, enthousiasme et sens du but font de Florian Valot est l’un des joueurs surprises de ce début d’année new-yorkais. Premiers buts en MLS, découverte de la Ligue des Champions CONCACAF et changement de statut, Florian nous raconte son début de saison.

FLORIAN VALOT ET LA MLS, LE DÉBUT D’UNE BELLE AVENTURE

Vous voulez la formule magique pour rentrer dans le cœur des fans du New York Red Bulls ? C’est simple, faites comme Florian. Une activité incessante sur le terrain (les américains adorent ça !), rajoutez un but et la victoire contre le Los Angeles Galaxy de Zlatan. Assaisonnez le tout avec une prestation XXL dans le derby de New York. Sur le papier, ça peut sembler simple mais pour en arriver là notre frenchie a travaillé dur sans jamais baisser les bras. Aujourd’hui, il récolte les fruits de ce travail acharné. Mais ce n’est que le début pour lui. La première étape avant de définitivement conquérir la MLS.

Avec le haut niveau, Florian découvre aussi les sollicitations et même quelques fans qui commencent à le reconnaître dans la rue. Malgré un très bon début de saison, Florian Valot garde la tête sur les épaules. Pas question de prendre la grosse tête dans la grosse pomme ! Il savoure en étant bien conscient que le plus dur reste à venir. « Je pense avoir effectué de bonnes performances mais personnellement, je sais qu’il y a encore beaucoup de chose à travailler pour grandir et apporter encore plus ». En NBA, on parle souvent du Rookie Wall. Passé l’enthousiasme du début de saison, les jeunes basketteurs dans leur première année de professionnalisme font face à un mur et leurs performances chutent. Rester au top demande une implication de tous les instants. Le professionnalisme se mesure à l’entraînement mais aussi en dehors du terrain. Bien entouré, Florian a compris les exigences du haut niveau.

« On est également sujet au critiques lors de mauvais résultats et cela, il faut apprendre à le gérer également. C’est tout nouveau pour moi. »

En MLS, Florian commence à avoir une belle ligne de statistiques. En 6 matchs dans la ligue américaine, il a déjà scoré 3 fois pour tout autant de passes décisives. De bonnes prestations qui le positionnent bien dans la hiérarchie des joueurs offensifs. Assez pour que le Coach Marsch lui fasse confiance et lui permette d’enchaîner les titularisations. En point d’orgue, Florian vient de réaliser une performance magnifique contre le rival new yorkais, New York City : un match entier passé sur le terrain et un but sous les yeux de ses parents venus pour l’occasion. Un instant inoubliable pour lui.

Florian Valot et Alejandro Romero Gamarra pendant le derby de New York.

WORK HARD, PLAY HARD : LA DEVISE DE FLORIAN VALOT ?

Même s’il sait que son bon début de saison peut surprendre à New York, le frenchie reste humble et travailleur. Il apprend beaucoup aux côtés de Bradley Wright-Phillips mais aussi Alejandro Romero Gamarra. Travailleur et passionné par son sport, Florian n’a pas changé ses habitudes. Il est resté le même dans la préparation, l’approche de ses matchs et dans les efforts et le travail fournit à chaque entraînement. Dans un groupe qui le connaît bien, il peut enfin montrer tout son talent en matchs, même s’il avoue lui-même qu’il doit apprendre à être plus décisif dans les 30 derniers mètres. Mais pas sûr que les gardiens de MLS soit du même avis !

À Orlando, il inscrit de la tête son tout premier but dans le championnat américain. Son tout premier but en tant que joueur professionnel. Le premier but en MLS. Un rêve. Mais Florian Valot n’en fait qu’une étape. Il parle « de soulagement et surtout d’un énorme boost au niveau de la confiance ». Il ne croit pas si bien dire. Dans la foulée, il inscrit encore un but contre des grosses équipes du championnat dont un essentiel contre le Los Angeles Galaxy. Florian Valot 1 – Zlatan Ibrahimovic 0 (Déçue, la Fédération Suédoise annonce dans la foulée que Zlatan ne fera pas la Coupe du Monde en Russie). Mais le frenchie reste simple. Concentré pendant tous ses matchs, il n’a pas vraiment eu le temps de réaliser qu’il était sur le même terrain qu’une immense star. Zlatan. Pas. Content.

LIGUE DES CHAMPIONS CONCACAF, L’APPRENTISSAGE DU HAUT NIVEAU … ET DE LA FRUSTRATION

Quand on lui demande s’il retient un moment en particulier dans ce début de saison le français a du mal en trouver un. « Je dirais mes premières minutes en match officiel, à Tijuana lors d’un match important en Ligue des Champions CONCACAF. Une super performance d’équipe et un super résultat qui nous a bien lancé pour le match retour ». La Ligue des Champions CONCACAF, une belle aventure pour le club New Yorkais qui échouera finalement aux portes de la finale. Deux matchs serrés et intenses mais une demie-finale frustrante, contre les futurs vainqueurs de Chivas Guadalajara, qui laissera un goût d’inachevé dans la saison des américains. Mais Florian nous affirme que le groupe est solide et « maintenant notre esprit est tourné sur la MLS ».

« Avoir l’opportunité de se jauger face à des équipes mexicaines réputées difficiles à jouer dans des stades pleins, c’est une expérience géniale. On a envie de regoûter à ce genre de match à enjeu et de revenir plus fort dans cette compterions dans les années à venir » Florian Valot.

Un parcours historique qui se termine sur une énorme déception. Mais c’est aussi ça le haut niveau. Apprendre à perdre et revenir plus fort. Mais c’est l’histoire de sa vie à Florian. Ne jamais baisser les bras pour continuer de croire en ses rêves. En Ligue des Champions, il a découvert un autre monde. Le championnat mexicain regorge de bonnes équipes réputées très dures à affronter dans des ambiances bouillantes et des stades pleins (genre la Ligue 1 … non on rigole!).

Acheter son maillot

Florian Valot contre Chivas Guadalajara en Ligue des Champions CONCACAF.