Last Chance U, c’est l’histoire de Scooba, une ville d’à peine 1000 habitants au milieu du Mississippi et de son université. L »EMCC (Eastern Mississippi Community College) qui a fait du football américain son seul éxutoire. Les Lions furent sacrés 3 fois champions nationaux (NJCAA) en 4 ans, ce community college signe une performance unique que l’on doit à un coach. Buddy Stephens a une méthode qui marche : il va chercher des joueurs dans des équipes universitaires prestigieuses. Mais suite à des problèmes disciplinaires ou scolaires, ces facs ne veulent plus d’eux. C’est à ce moment là que l’EMCC intervient pour offrir une seconde chance à ces jeunes joueurs.

À la clé un diplôme, mais surtout une place dans une université de Division 1 et dans leurs rêves les plus fous … un contrat en NFL ! La NFL fait rêver ces gamins. Sport spectaculaire, stades pleins à craquer et salaires astronomiques, tous les ingrédients pour le spectacle made in USA. Mais la route pour atteindre cette ligue mythique n’a rien de facile. Très peu d’élus et une concurrence hallucinante.

LAST CHANCE U & EAST MISSISSIPPI, UNE PÉPITE VISUELLE

Netflix a posé ses caméras à Scooba et le résultat de la saison 1 est magnifique. Un show non scénarisé mais qui vous scotche devant votre écran. Des matchs dingues, des joueurs en plein doute et des coups de gueules retentissants. La bonne pioche de plus pour Netflix qui revient avec un saison 2 pour le plus grand bonheur des fans.

Cette année, nous suivrons de prêt de nouveaux joueurs en quête de rédemption. Il y a le Quaterback De’Andre Johnson, exclu de Florida State pour avoir frappé une fille dans une boîte de nuit. Cette année l’équipe de tournage s’est concentrée sur les joueurs défensifs. De gros bébés attachants mais souvent un peu perdus. On y retrouve aussi l’emblématique coache Buddy Stephens et Miss Brittany qui continue de se battre pour que les joueurs suivent les cours. Une seconde mère pour certains.

LAST CHANCE U, UN SHOW PUISSANT ET HUMAIN

Un show profondément humain dans lequel on suit toute une université, les joueurs, le staff mais aussi des fans. L’EMCC respire pour le football américain. On se prend forcément d’affection pour la conseillère d’éducation Brittany Wagner qui s’occupent de ces jeunes comme de ses propres enfants. Il faut dire que Brittany a du travail. Au fil des épisodes on apprend des histoires de familles déchirées, d’abandons et de misère sociale. Pour ces jeunes athlètes, le foot US est le seul moyen d’espérer un avenir meilleur. Mais souvent les vieux démons ne sont pas loin. Une lutte permanente pour ces gamins paumés mais une rage de vaincre intacte.

Impossible de rester de marbre devant le coach Stephens. Au premier abord, on voit l’américain moyen. Surpoids, casquette enfoncée sur la tête et gros pick-up. Mais les caméras de Netflix laissent appraître un personnage touchant qui lutte lui aussi contre ses propres démons en se tournant vers Dieu (on est aux USA, ne l’oublions pas). Il est vulgaire, il gueule tout le temps mais il aime profondément tous ses joueurs. Ça ne fait aucun doute.

UN SUCCÈS ET UNE SAISON 3 PROGRAMMÉE

Nos souvenirs de football américain sont pleins de films devenus légendaires. L’Enfer du Dimanche en est le symbole le plus fort. Mais aussi We Are Marshall, The Blind Side ou Le Plus Beau des Combats. Des films électrisants mais aussi des séries. Comment ne pas citer la série créée par Peter Berg « Friday Night Lights ». Le quotidien d’une équipe de Foot US d’un lycée du Texas. Cette fois ce n’est plus de la fiction. De vrais joueurs, de vrais supporters et de vrais matchs. Une recette à succès.

Last Chance U, c’est vraiment le mix parfait entre sport, performance et humanité. Une claque et des épisodes que l’on dévore d’un trait. Personnellement, nous venons de terminer la saison 2 en quelques jours seulement.  Pas des poils rassurez vous ! Devant le succès de la série-documentaire, Netflix a signé pour une troisième saison. Mais il se dit que les caméras vont déménager au Kansas. Une chance pour l’EMCC de retrouver un peu de tranquillité et de discrétion. Nous continuerons de suivre leurs résultats.