Nous retrouvons avec envie l’une de nos série favorite : Last Chance U. Une série/docu estampillé Netflix pour les passionnés de football américain. Pour la deuxième saison d’affilée, les caméras se posent à Independence au Kansas. Au fin fond des Etats-Unis, la passion du Foot US est dévorante … Pour le meilleur et pour le pire !

LAST CHANCE U : QUAND DREAM U SE TRANSFORME EN CAUCHERMAR

Dans la lignée des saisons à EMCC, la première saison à Independence ressemblait à un rêve. Sur et en dehors du terrain, les Pirates d’Indy renversent tout et remportent le championnat. Au point que l’Université est rebaptisé Dream U. Et un bon paquet de joueurs qui signent dans de belles universités. Le contrat est rempli.

Dream U. Un slogan accrocheur mais le sport reste l’école de l’humilité. Une belle saison peut laisser place à des saisons cauchermardesques. Un effet accentué par des effectifs chamboulés chaque année. Il ne faut jamais oublier le but final de Last Chance U : des jeunes hyper talentueux qui se font virer de facs de haut niveau et qui veulent vite y retourner.

Mais une évidence sautent aux yeux. Cette année, le Coach Brown apparaît fatigué (grosse surprise à la fin de la saison) et les joueurs n’adhèrent plus au discours. À la façon d’un Dupraz dans l’univers du football, c’est quitte ou double avec ce genre de coaching. Cette année, c’est perdu pour le coach et le Community College d’Independence.

last-chance-u-netflix-coach-brown-dreamu-football-américain
Coach Brown d’Independence en train de crier coacher les Pirates.

L’AVIS DE LA RÉDAC’ SUR LA SAISON 4 DE LAST CHANCE U

La série est passionnante et les caméras de Netflix font un sacré boulot. Dramaturgie, rebondissements, belles images, tout y est pour nous faire aimer ces jeunes joueurs, ces coachs et ces profs. Cette quatrième saison ne dérogent pas à la règle. On a particulièrement aimé le focus mis sur la famille du Coach Martin.

Cette saison, les joueurs ont lâché le projet collectif et les résultats sont catastrophiques. Mais finalement ça rend le projet plus humain. Les sports co ne sont pas une science exact. Cette année, chacun joue sa partition. C’est un peu étrange car l’esprit d’équipe est quasi inexistant sur cette saison. C’est dérangeant mais il ne faut jamais oublier que ces jeunes jouent leur vie. La fac d’Independence n’a que peu d’importance pour eux.

Le point fort incontestable de la série c’est la façon dont les caméras captent et filment les matchs. On ne verra pas mieux. C’est immersif. Nous sommes littérallement sur le banc de touche entre les coachs et les joueurs. Ça gueule, ça jubile, ça rage … bref on adore ça ! Pour le moment, pas d’infos sur une saison 5 de Last Chance U. Mais peu de chance que ce soit à Independence