Tommie Smith, Jesse Owens, LeBron James, Megan Rapinoe, Lilian Thuram … la liste des sportifs engagés qui ont décidé un jour de ne plus se cantonner à leur statut de sportif est longue. Et pourtant nos sociétés ont encore du mal à accepter qu’un athlète s’engage pour une cause qui dépasse les limites du terrain. Et pourtant le sportif est un citoyen comme un autre alors écoutons-les. Nous pourrions bien être surpris …

LE DÉLICAT STATUT DE SPORTIF ENGAGÉ EN FRANCE

Les sportifs de haut niveau, en France ou ailleurs, doivent souvent répondre à une injonction : celle d’être des exemples. Si le postulat de départ peut prêter à discussion, on peut comprendre que des personnes suivies par des milliers (millions?) de personnes se doivent de respecter certains codes et de véhiculer certaines valeurs.

Mais comment demander à ces athlètes de montrer l’exemple tout en ne défendant aucune cause, en étant lisse. Et pas n’importe quelle cause. Celle de la justice et de l’égalité entre tous. Car le problème est bien là en réalité. La cause défendue et non l’engagement d’une personne. Nous avons besoin de sportifs qui parlent d’une voix forte.

Quand David Douillet soutient l’opération Pièces Jaunes ? Validé ! Quand Barthez et Lizarazu font les Enfoirés ? Validé ! Quand Zidane devient ambassadeur pour l’Unicef ? Validé ! Mais quand il s’agit d’un sujet plus politisé donc plus sensible, la populasse tombe sur le dos du sportif pour lui dire de rentrer bien gentiment dans le rang. Cessons cette mascarade.

lebron James basketball more than an athlète sportifs engagés
LeBron James, porte drapeau des sportifs engagés américains.

SPORTIF ENGAGÉ ET SPORTIF EXEMPLAIRE : MÊME COMBAT ?

Aujourd’hui, certains grands noms du sport français n’hésitent plus à prendre la parole (et des risques) pour défendre leurs convictions. Evan Fournier, Thierry Henry, Rudy Gobert, Teddy Riner et tant d’autres. Mais à quel prix ? Un engagement qui se fait souvent au détriment d’une certaine popularité. Mais n’est-ce pas le juste prix à payer…

Nous vivons dans une société où les jeunes se détournent de la question politique. C’est un fait. Le but de cet article n’est pas d’en trouver la raison. Ce serait bien trop long et ardu. Mais si nous cherchions des solutions du côté de ces fameux « exemples ». Qui de mieux placer qu’un Mbappé ou Evan Fournier et leurs millions de followers pour faire passer un message de tolérance, d’égalité et de justice ? Dans notre société moderne ? Personne d’autre malheureusement.

Alors on peut contester la forme. N’ayant pas fait des études supérieures ou de grandes écoles, le propos peut s’avérer maladroit ou mal formulé. Et alors ? Il n’y a pas d’examens demandés avant d’entrer dans un isoloir ! Si un sportif peut amener des jeunes à se poser les bonnes questions et à réfléchir sur la société qu’ils veulent pour demain. C’est bien ça la vie de la cité. La politique donc…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Unity. @geoffforbes

Une publication partagée par Evan Mehdi Fournier (@evanfournier10) le

LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR MIEUX FAIRE PASSER SON MESSAGE

Aux States, les sportifs ont compris ça et sous l’impulsion de l’omniprésent Lebron James, ils ont lancé le mouvement « More Than A Vote » pour reprendre le mouvement initial « More Than An Athlete ». Le but est de pousser les jeunes à réfléchir. Avoir un regard critique et une analyse sur les hommes politiques afin de devenir acteur de leur vie.

Mais sur ce rôle sociétal de l’athlète, les américains sont en avance sur nous. C’est dorénavant acté dans leur culture qu’un sportif de haut niveau peut utiliser sa plateforme médiatique pour réagir ou faire passer un message quand un événement l’interpelle. En France, certains sportifs comme Evan Fournier, n’hésitent plus à prendre la plume (ou le clavier) pour s’exprimer. Enfin !

La route est longue et les sportifs engagés devront encore faire face au terrible « Tais-toi et coures ! ». Mais Rome ne s’est pas bâtie en un jour. Chaque lutte, aussi importante soit-elle, nécessite des années de combats et autant de persévérance pour que le message finisse par passer. 

Les réseaux sociaux jouent un rôle essentiel. Et pour une fois, ils peuvent avoir un dessein salvateur pour notre société. Le monde d’après c’est aussi ça. Quand un sportif poste un message sur twitter ou instagram, il se sert des réseaux comme d’un mégaphone hyper puissant. Plus puissant que n’importe quel autre interview dans un média. Son message touche tout le monde et très rapidement.

NIKE : ÉLOGE DE L’ENGAGEMENT COMME BUSINESS

Le sportif ne devrait pas à choisir entre sa carrière, son image et un combat politique. Le cas de Colin Kaepernick en est le parfait exemple. Un genou à terre pendant un hymne et les USA s’embrasent. Même s’il a perdu le combat sportif, l’ancien Quarterback est devenu une icône et Nike n’y est pas complétement pour rien.

#BlackLivesMatter, #BLM, #JusticePourAdama et autres ne rendent pas les marques insensibles. Mais dans ce combat c’est bien Nike qui règne en maître depuis quelques années déjà. Les spots publicitaires engagés de la marque font toujours l’unanimité. Sobre et puissant. Le message est clair et les sportifs présents sont des légendes.

On est cependant en raison de douter du fait que la marque américaine fasse uniquement ça par conscience politique et souci d’égalité. Car quand elle soutient Kaepernick, Nike devient aussi l’équipementier numéro 1 de cette même NFL. Cette ligue dont les propriétaires de franchise se sont unis pour que Colin Kaepernick ne retrouvent pas de place. Business is business !

QUE PENSER DES SPORTIFS QUI NE VEULENT PAS S’ENGAGER ?

L’histoire regorge de sportifs qui mènent des combats au nom de la justice, de la liberté et de l’égalité. Elle regorge aussi de sportifs qui n’ont pas voulu prendre position. Par peur des réactions sûrement et du fameux tribunal médiatique qui peut faire tant de dégâts. Car attention à l’engagement mainstream et la pensée unique. Dans le cas du racisme, il est compliqué de se faire l’avocat du diable. Mais encore faut-il agir…

Mais ne tombons pas dans l’envers du décor. Et les condamnations façon « Quotidien ». Les sportifs ont le droit de ne pas s’engager. On a le droit de se taire. Comme tous ses sportifs qui se mobilisent tous les jours sans l’afficher dans une story instagram. Celui qui parle le plus fort, n’est pas celui qui parle le mieux !

L’exemple de Michael Jordan est frappant. Alors qu’on lui demande de s’engager politiquement pour soutenir un candidat démocrate, il lâchera cette malheureuse phrase « Les Républicains achètent aussi des Sneakers ». C’est terriblement maladroit. Mais peut-on vraiment en vouloir à un sportif dont la carrière peut être très courte de penser aussi à ses intérêts financiers ? Tout est une question de nuances …