La crise du Covid-19 a débarqué en sprint dans nos vies pour tout chambouler. Une situation inédite qui a des répercussions directes dans l’univers qui nous intéresse : le sport de haut niveau. Nous avons voulu comprendre la problèmatique du confinement pour un athlète. Sébastien J. Morin, coach personnel et fondateur de Band of Strivers , et grand passionné de basketball, nous a aidé à comprendre les enjeux du confinement, éviter les pièges et comment en tirer des bénéfices.

Un entretien fleuve avec le coach mais ça tombe bien vous avez BEAUCOUP de temps libre ! On s’installe confortablement et on déguste cet article car quand Sébastien parle coaching et développement s’est passionnnant ! Il en profite aussi pour nous parler de sa toute nouvelle entreprise de coaching personnalisé : Band of Strivers.

Grounds. : Bonjour Sébastien ! Quel est le plus grand danger du confinement pour un athlète de haut niveau ?

Sébastien J. Morin : Tout d’abord ce que nous vivons est unique et exceptionnel donc il y a beaucoup d’interrogations et  d’incertitudes. La priorité de l’athlète est sa propre santé ainsi que celles de ses proches. Aucun entraînement, aucune compétition ne peut remettre cela en cause. 

Le premier danger pour un athlète est de se trouver des excuses ou se cacher derrière cet évènement pour ne pas faire ou ne pas être. L’attitude et l’état d’esprit d’un athlète sont les armes qu’il a su développer à travers plusieurs années, plusieurs challenges, face à plusieurs obstacles. Il doit être fort face à ces situations et doit être capable de s’adapter et de réagir. Le premier danger est de subir face à la situation. 

Pour répondre à ce premier danger, la présence et le rôle de l’entourage est ultra important. Coachs, préparateurs physiques, coachs privés... mais aussi proches, famille auront un rôle tellement important. Nous devons prendre soin les uns des autres et continuer à nous encourager pour avancer.

« Nous sommes en train de jouer un match mondial dont nous ne connaissons pas la fin, maintenant nous voulons tous en sortir gagnant ». Coach Sébastien j. Morin

Malgré cela le confinement peut présenter les problématiques suivantes  d’un point de vue :  

– PSYCHOLOGIQUES ET MENTALES : L’aspect le plus important de cette situation. L’athlète reste un humain avec ses doutes, ses peurs, ses questionnements. L’aspect mental va être mis à rude épreuve. Les sensations d’isolement, d’ennui, de manque d’activité peuvent très vite apparaitre. Certainement plus rapidement pour des athlètes extravertis qui ont besoin des gens, des rencontres, des émotions que des athlètes plutôt introvertis qui ont l’habitude de s’isoler et de rester au même endroit pendant toute une journée . 

– PHYSIQUE ET ATHLÉTIQUE : Moins d’entraînements, moins d’activités physiques, moins de moyens de travailler correctement afin de répondre aux exigences du haut niveau. Les entrainements fitness type Hiit / Crossfit / Cross-training ne suffisent pas pour maintenir toutes les compétences requises dans la spécificité de la discipline de l’athlète. Nous savons qu’au bout de 2 semaines d’inactivé la Vo2 max des athlètes, leur force et autres composantes vont chuter si il n’y a pas d’entrainements spécifiques. Pour un athlète, il faut rester actif en étant le plus proche possible de sa discipline. 

– PERTE DES REPÈRES : Une journée type d’un athlète est réglée au rythme de ses entrainements, de ses matchs, de ses déplacements. Tout est calé en fonction de cela aussi bien le réveil du matin, les collations, les repas, les siestes, les soins. Aujourd’hui, l’athlète va se retrouver devant  une journée vide qu’il va falloir occupé.  

– TRANSFERT & CONSÉQUENCE NÉGATIVE : Transférer son stress, ses angoisses et son ennui sur l’alimentation émotionnelle. Le risque de compenser des manques sur du grignotage, aliments sucres, gras. Transferts sur le caractère de l’individu aussi bien contre lui-même qu’avec ses proches. Transfert sur la qualité du sommeil dû à un manque d’activité et le fait de « cogiter ».   

Le point positif de tout cela est qu’il y a des solutions et qu’il faut être capable de voir le côté positif de ce confinement et de mettre des choses en place afin d’y remédier mais nous en revenons à mon premier point, ce ne sera possible que si l’athlète est prêt mentalement. 

coach Sébastien j Morin confinement et haut niveau band of strivers

UN SUIVI QUOTIDIEN ESSENTIEL POUR SEBASTIEN J. MORIN, FONDATEUR DE « BAND OF STRIVERS »

G. : Quel serait ton premier conseil pour gèrer au mieux cette situation ?

Sébastien J. Morin : Mon premier conseil est tellement important : DON’T PANIC ! L’une des premières choses dont je parle avec mes athlètes c’est d’être capable très vite de faire la différence entre ce que  je PEUX CONTROLER et ce que je NE PEUX PAS CONTRÔLER.

En l’occurence nous ne pouvons contrôler cette situation par contre je peux mettre toute mon énergie et mon focus dans ce que je peux et vais devoir contrôler. Ma discipline, mon hygiène de vie, mes entraînements, ma capacité à relever ce défi, vivre le présent, donner tout les jours la meilleure version de moi-même et aussi me donner du temps et profiter pleinement des moments.

L’autre conseil est de ne pas commencer à imaginer des scénarios qui pour la plupart sont souvent négatifs, se concentrer sur le présent, sur le moment et ça aura ensuite des effets positives aussi bien dans la vie de tous les jours mais aussi dans la quête de la performance de l’athlète. 

Nous sommes dans un flou total à l’heure actuelle. Nous le savons tous, dès lors il ne faut pas compter les jours et/ou dans combien de temps on va en sortir mais faire en sorte que chaque jour compte. Remplir ses journées avec des objectifs et des satisfactions journalières et personnelles.

G. : Quel suivi as-tu mis en place avec les sportifs que tu suis au quotidien ?

Sébastien J. Morin : Cela fait plus d’un an, je me suis posé une question qui prend tout son sens dans cette période de confinement …. Comment préparer et suivre des athlètes de haut niveau, partout dans le monde tout en gardant une qualité de travail, de suivi et de performance ? C’est pour cela que je me suis rapproché de la société Klaxoon qui est expert dans le travail et le management à distance. 

La première chose que j’instaure avec tous mes clients est une relation de confiance, à partir du moment où la confiance est établit nous fixons des objectifs sur court, moyen et long terme. Dès lors, il est important que le joueur soit responsabilisé et devienne acteur de ses objectifs. Mon rôle consiste à aider, conseiller et accompagner l’athlète dans ses démarches. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Band Of Strivers (@bandofstrivers) le

Malgré la distance, les décalages horaires je veux que mes clients se sentent complètement investit et impliqués  dans leur projet au sein de notre TEAMWORK Band of StriversDes mesures et des tests ont été effectué depuis plusieurs mois ce qui me donne une base de donnée fondamentale dans le suivi : 

  • Suivi du poids et de la masse grasse

  • Mise en place – traitement et suivi d’une batterie de 15 exercices/tests sur la mobilité spécifique aux basket

  • Test de force, d’agilité, vitesse, anaérobique et aérobique 

  • Tests de respiration 

  • Suivi et conseils sur l’alimentation

À partir de toutes ces informations et suite à un entretien afin de définir les objectifs que le joueur s’est fixé et via mon expertise sur le traitement des mesures, nous définissons un plan de travail.  

Avant chaque séance 5 questions sont posées via un sondage afin de me renseigner sur l’état de forme du joueur sur son ressenti dans l’optique éventuelle de modifier les séances afin de réduire les risques de contre productivité. Par exemple, sur un feedback qui va m’apprendre que le joueur a mal dormi ou qu’il a une sensation de stress je vais éviter tout effort explosif.

Le but du jeu est de prendre en compte tout les paramètres de la performance (physique / athlétique / mental / psychologique / humain), de centraliser toutes les informations et donner accès aux joueurs à leurs propres résultats  et ainsi les faire participer, s’investir dans leurs propres entrainements. 

CONFINEMENT : FAIRE DE L’ATHLÈTE UN ACTEUR DE SON QUOTIDIEN ET DE SON ENTRAINEMENT

G. : En tant que coach, peut on exiger d’un athlète la même intensité et la même hygiène de vie en temps de confinement ?

Sébastien J. Morin : Rien ne remplace un match c’est une certitude. Les entraînements en temps normal ne peuvent pas non plus le faire malgré le fait qu’il y ait des créneaux mis en place pour s ‘entrainer au basket que ce soit en collectif en individuel avec opposition, sans opposition, des créneaux de préparation physique. En confinement, c’est encore plus difficile. 

Entrainer un joueur surtout en cette période de confinement, Ce n’est pas uniquement d’un point de vue intensité à mon sens. Il faut se dire que l’on doit préparer l’athlète à être le plus prêt possible quand tout reviendra à la normale. Dès lors, l’intensité n‘est pas forcément que dans le rythme ou l’effort mais aussi dans la qualité de l’exécution des exercices

La rigueur du coach mais aussi de l’athlète c’est notre ADN. Le haut niveau c’est le détail et l’exigence. Nous ne pouvons pas vivre et agir sans. Ca doit nous définir. En tant que coach je suis et je dois être un leader, une source d’inspiration pour mes athlètes. Depuis le confinement tous les jours j’ai des rendez-vous avec mes joueurs sur des créneaux convenus dès le départ et nous nous y tenons. Par exemple avec Rodrigue Beaubois tous les jours à 10 heures (heures de Dallas et 17h heure française) nous avons une séance et pour s’y tenir nous utilIsons une synchronisation via Klaxoon et des applications de visio-conférence pour échanger en temps réel. J’ai installé cette règle non pas par manque de confiance mais tout simplement pour avoir un rendez vous, une routine dans la journée. Et pour garder le côté compétiteur des joueurs je les challenge énormément sur leurs entraînements et leurs performances. 

Quant à l’hygiène du sportif  c’est un mode de vie, c’est un état d‘esprit. Ce n’est pas une fois de temps en temps au bon vouloir. Bien sûr, il y a des hauts et des bas mais dans son ensemble c’est une exigence que l’on s’impose et qui à force devient naturel et normale. 

coach Sébastien j morin confinement et haut niveau athlète band of strivers Rodrigue Beaubois
Sébastien J. Morin, fondateur de Band of Strivers, en pleine séance de coaching avec le basketteur Rodrigue Beaubois.

G. : Comment stimuler un sportif habitué aux grosses ambiances, aux stades pleins et à l’adrenaline de la compétition ? Dans ton coaching comment abordes tu l’aspect mental en plein confinement ?

Sébastien J. Morin : L’athlète mais aussi les head coachs / assistants tout comme les artistes se nourrissent de moment où les émotions sont décuplées et se nourrissent de l’adrénaline pour exister et avancer. Avant ces moments d’extase, il y a des heures et des heures passées en dehors des spotlights à s’entrainer pour atteindre l’excellence. Nous sommes dans cette situation.

Cette recherche de l’adrénaline, de la performance, du succès est une source de motivation qui permet d’installer des routines d’entraînement qui deviennent une discipline, un état d’esprit, une manière de vivre. Tous ces processus sont importants et doivent guider l’athlète dans ses démarches. Les joueurs que je suis sont expérimentés et le savent très bien. Pour les plus jeunes, il faut leur apprendre, leur parler, les éduquer et leur faire comprendre que tout ce qu’ils font maintenant est  un élément moteur de leur futur succès 

Dans cette période  je reste persuadé que le plus important est d’accepter la situation. Par contre si nous ne pouvons pas contrôler, nous pouvons peut-être anticiper certaines choses. Il n’y a aucune certitude que les matchs reprennent cette saison, que les spectateurs soient admis dans les stades tout de suite donc plutôt que de parler ou de se concentrer sur des éléments extérieurs, concentrons nous sur le « JE ».  Développons une force mentale en se découvrant encore plus qu’avant et en se connectant avec toutes nos énergies. Peu importe les éléments extérieurs je suis en phase avec moi, avec mon « je ». 

G. : Comment éviter le point de rupture mental ou le sportif se laisse aller complètement ? Le risque existe-t-il en réalite ?

Sébastien J. Morin : Je n’ai pas encore eu d’athlètes qui ont « lâché ». Si le confinement continue on verra, mais il est évident aussi qu’il faudra donner du temps libre. Ces longues périodes hors saison, je les ai déjà vécu car la saison régulière en NBA. Il y a des similitudes sur un plan organisationnel. Par contre, on ne le vit pas pareil car on ne peut pas bouger de soi, on ne peut pas rencontrer des gens. 

Les athètes dont je m’occupe sont tenus par une problématique :  Est-ce que la saison va reprendre ? Si chacun peut avoir son avis là-dessus, c’est la réalité. C’est la carotte qui permet d’avancer en ce moment. Si la saison ne reprends pas on avisera et nous fixerons de nouveaux objectifs une nouvelle vision. Quoi qu’il arrive, je pense que la clé pour éviter ce point de rupture c’est d’investir pleinement l’athlète dans son projet et qu’il ne « consomme » pas ces séances par obligation ou contraintes.

BAND OF STRIVERS : LA NOUVELLE AVENTURE DE SEBASTIEN J. MORIN

G. : Quels conseils donnerais-tu a des sportifs du dimanche pour gérer au mieux cette période plus que compliquée ?

Sébastien J. Morin : D’un point de vue humain je leur conseillerais de voir toutes les opportunités que ce confinement nous apporte. L’excuse : je n’ai pas le temps n’existe plus et d’ailleurs elle ne devrait pas exister. Nous avons le temps. C’est une question de priorité. Avec le confinement, nous avons tous le temps nécessaire pour se faire à cuisiner, faire une activité physique journalière, découvrir de nouvelles choses, prendre soin de nos proches, monter des projets … 

D’un point de vue sportif de rester actif et d’éviter certains pièges.

  • Les entraînements à haute intensité c’est top mais pas plus de 3 dans la semaine car – et surtout si vous n’avez pas l’habitude –  le sur-entraînement mêlé avec les effets négatifs du confinement ne feront pas bon ménage. 

  • Restez actif ne veut pas forcement dire cardio, effort intense mais aussi travailler son corps, ses mobilités articulaires, sa concentration, sa respiration, son esprit. 

  • Réduisez vos portions caloriques journalières. Limitez la prise des glucides car moins de dépenses énergétiques dans la journée. 

  • Rigolez, amusez vous et surtout : DONT PANIC, EVERTYTHING WILL BE GOOD ! 

G. : Quels sont tes projets ?

Sébastien J. Morin J’ai créé mon entreprise « BAND OF STRIVERS : We achieve what dreamers believe ». 

J’ai développé un concept interactif spécialisé dans la performance athlétique qui permet d’avoir un suivi et une optimisation de la performance. L’objectif est d’apporter mon expérience et mon expertise dans la préparation physique pour entrainer et accompagner tout athlètes à distance avec des conseils personnalisés. Le tout accessible à tous et dès le plus jeune âge via un outil digital (Klaxoon) sur lequel on peut échanger et suivre à l instant T les performances de l’athlète. Selon moi, il faut entraîner, individualiser, éduquer et mettre la place de l’humain via la technologie. 

Je vous invite à devenir un #striver en suivant sur INSTAGRAM & FACEBOOK : Band of Strivers et découvrir cette communauté inspirée par  les valeurs du sport et de l’athlète. contact@bandofstrivers.com

basketball et confinement coach Sébastien j Morin band of strivers