La vie toute entière s’être arrêtée pour la quasi totalité de l’humanité. Au delà du drame humain, c’est aussi l’intégralité des compétitions sportives qui sont à l’arrêt. Décalés, reportés ou tout simplement annulés, c’est aussi l’agenda des sportifs de haut niveau qui est chamboulé par la crise du Covid-19 et le confinement.

Aujourd’hui, nous avons voulu leur donner la parole pour comprendre comment ces êtres humains, pas tout à fait comme nous, vivent le confinement. Dans cette deuxième partie, nous nous intéressons à la gestion psychologique de cette situation inédite.

COMMENT COMBATTRE L’ENNUI ET L’ISOLEMENT ?

L’ennui se combat en gardant un rythme de vie sain et programmé. C’est une constante chez les athlètes de très haut niveau. Leurs vies sont assez calibrées entre les temps d’intensité et d’entraînements, les temps de repos et de récupération et pour finir le moment de la compétition. Un quotidien bien huilé qu’il faut maintenir le plus possible. Sans ça, on termine comme Benoît Paire qui se met une timbale en direct sur Instagram un lundi soir.

Un sportif de haut niveau reste et restera toujours un grand compétiteur. Anthony Scaramozzino par exemple se lance dans des compétitions avec ses enfants le week-end. Pas exactement la même adrénaline que sur les pelouses de Nationale le vendredi soir. Mais il recherche l’adrénaline du week-end. Pour lui le plus frustrant cest « de continuer à garder le rythme de travail de la semaine pour finalement se reposer le week-end ». Les efforts sans la carotte au bout… C’est plus la même histoire tout de suite !

Anthony scaramozzino sportifs de haut niveau confinement coronavirus préparation mentale et psychologique
Anthony Scaramozzino sous les couleurs de la Selecioun.

Martin Thomas a une méthode bien a lui pour retrouver un peu d’adrénaline. Et c’est assez censé en réalité. Il révisionne ses grandes compétitions et ses meilleures performances. Des tournants dans sa carrière qui lui procurent encore beaucoup d’émotions positives.

« Je n’ai pas de recette miracle contre l’ennui ! Chaque jour est différent. Je me mets des défis de travail sur mes projets futur, et cela me motive en permanence » Martin Thomas.

Dans le sport, la dimension physique est primordiale mais dans les sports collectifs, l’aspect « vie collective » est encore plus importante. Le confinement marque un vrai coup d’arrêt pour cette dynamique si délicate à mettre en place parfois. Alors à Boulogne, Scaramozzino et les autres joueurs ont un groupe Whatsapp. « C’est important pour prendre des nouvelles de tout le monde et c’est pratique pour communiquer avec le préparateur physique et le coach. »

CONFINEMENT CHEZ LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU : COMMENT GARDER LA MOTIVATION SANS L’ADRENALINE ?

En parlant des proches, des amis, il est peut-être la clé d’une bonne gestion mentale du confinement. Ça permet sûrement de réaliser que nos proches, notre famille, nos amis, nos enfants ont beaucoup à nous offrir. Tous les soirs Mathias Coureur « s’évade » de Bulgarie pour parler à ses proches. Une habitude pour se voyageur invétéré, une nouveauté pour certains d’entres nous. Mais surtout un moyen de ne pas devenir fou.

« Du négatif, on réussi toujours à trouver du positif. J’ai énormément de temps à consacrer à ma famille. Donc j’en profite pour faire des choses simples avec eux. » Anthony Scaramozzino.

« Le manque d’adrénaline ? Je le gère plutôt bien car je n’ai pas que le foot dans la vie » Avec cette phrase, notre globe-trotteur du foot résume assez bien la situation. Dans ces moments compliqués, il est important de ne pas avoir que le football ou son sport dans la vie. Quand Anthony Scaramozzino profite de sa famille, Mathias Coureur s’intéresse à l’immobilier et prépare son business d’après-carrière. Tout comme Amath Mbaye qui, depuis les Etats-Unis, a du temps pour avancer sur ses projets même si le basketball commence à beaucoup lui manquer.

Pour combattre l’ennui, on s’intéresse à d’autres sujets que le ballon rond. Il semble important de ne pas trop « cogiter » sur les matchs annulés ou les buts qu’on ne peut pas mettre. Mais plutôt rester focus sur le maintien d’une bonne condition physique. Le mot d’ordre pour tous ses champions et sportifs de haut niveau : être prêt quand la compétition reprendra ! En espérant qu’elle reprenne …

sportifs de haut niveau confinement Valentin Gnahoua football américain
Valentin Gnahoua lors du CFL Combine.
« Je me défoule pendant les entraînements pour évacuer cette frustration mais rien ne peut remplacer l’adrénaline des matchs et les cris des supporters. » Valentin Gnahoua.

Chez Valentin Gnahoua et Amath Mbaye, les journées sont rythmées par la console. Un exutoire et un moyen de rester connecté avec le reste du monde. « Pour pouvoir jouer avec les amis, il n’y a rien de mieux ! ». Mais ça ne compense pas l’immense frustration de ces travailleurs acharnés. En même temps que le confinement s’allonge et empiète sur la saison de CFL, Valentin doit faire face à beaucoup de frustration. Il avait de grands objectifs personnels pour cette saison.

LES JEUX OLYMPIQUES : UNE ANNÉE DE PLUS MAIS À QUEL PRIX ?

Nous suivons avec attention les parcours de 2 sportifs qui visent, dans des sports complétement opposés, le même objectif. S’offrir une première participation aux Jeux Olympiques de Tokyo. Amath Mbaye et Martin Thomas devront attendre une année de plus pour toucher au but.

Dans le groupe médaillé aux Championnats du Monde et auteur d’une belle saison en Turquie, nul doute qu’Amath Mbaye était dans les petits papiers du sélectionneur pour participer aux JO. Dans une sélection où les places sont chères, il faudra être performant une saison de plus. Rien d’impossible pour le bordelais.

En parlant de place qui coûte chère, le céiste Martin Thomas s’y connaît bien. Les places pour participer aux Jeux avec le maillot tricolore se compte sur les doigts d’une main. Comme pour beaucoup d’autres disciplines olympiques, c’est le flou total quant aux conditions de qualification. Une situation ultra stressante pour un athlète.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Martin Thomas 🇨🇵 (@martin.thomas_canoe) le

Comme nous l’a affirmé Coach Sébastien J. Morin, c’est dans l’ADN des sportifs de haut niveau de relever des défis et de s’adapter sans cesse. Alors, on peut compter sur ces sportifs pour rester focus sur leurs objectifs à moyen et long terme. Sûrement l’un des plus grand défi de leur carrière. Sur la longue route qui mène à Rio, le jeu en vaut la chandelle !