Ne cherchez plus, Nike a trouvé la formule parfaite. Prenez une cause juste, ajoutez-y des sportifs icôniques et une bonne dose de marketing. Vous obtenez alors le coup de comm’ de cette année 2018. Dans une publicité puissante, fêtant les 30 ans du mythique « Just do It », la marque à la virgule mettait les USA en ébulittion. Des paires de Nike brûlent sur Youtube et Colin Kaepernick devient une icône pour les afro-américains. Les Etats-Unis deviennet fous. Une lutte d’idée (et de couleur de peau?) avec en toile de fond la moumoute de Trump.

Après le tollé, Nike se relève plus fort de cette épreuve. Dans le monde entier, la marque de l’Oregon affirme son rôle de précurseur. C’est du marketing mais ça permet de se poser quelques questions. Si tout le monde est gagnant alors pourquoi pas. Mais pendant ce temps-là Kaepernick n’a toujours pas retrouvé de place en NFL. Just do It Colin !

COLIN KAEPERNICK POSE UN GENOUX À TERRE ET FAIT TREMBLER LA NFL ET LES USA

Les violences policières sont courantes aux USA. Malheureusement, les chiffres sont formels. Ces violences touchent particulièrement la population afro-américaine. Nous ne ferons pas de politique sur ce blog. Après un mort de plus, Colin Kaepernick va littéralement changer de dimension en s’agenouillant devant le drapeau américain quand tout le stade se tient debout. Nous sommes le 26 août 2016 et le quarterback vient de changer de vie.

rolin-kaepernick-nfl-grounds-nike
Kaepernick posant un genoux à terre durant l’hymne national américain.

« Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d’un pays qui opprime les noirs ». Les mots sont durs mais Kaepernick réfute les accusations de coup de comm’. Très proche du mouvement « Black Lives Matter », il semble alors prêt à sacrifier sa carrière pour défendre ses idées. Inspirés par Kaepernick, d’autres joueurs de football américain et de basketball avaient décidé de mettre un genoux à terre pendant l’hymne national. Y voyant une insulte au drapeau, Trump demande que les joueurs concernés soient virés sur le champ. Dans une ligue dirigée par certains soutiens du Président américain, il ne fait pas bon de protester.

Mais la lutte de Kaepernick ne fait que commencer. Il a attaqué la NFL et les propriétaires de club qu’il accuse de s’être mis d’accord pour ne plus le faire signer de contrat. Une accusation forte mais celui qui est devenue le visage de la lutte contre les violences policières et les discriminations envers les afro-américains ne peut plus faire demi-tour. Et enfin une victoire pour Colin Kaepernick. Le médiateur a refusé de rejeter sa plainte. Une solution bien plus simple existe. Sportif de haut niveau avant tout, l’ancien quarterback des 49ers pourrait clore l’affaire s’il retrouvait une équipe. Mais la saison vient de reprendre et cette solution pacifiste s’éloigne …

JUST DO IT, L’ÉTERNEL COUP DE COMMUNICATION DE NIKE

La fameuse publicité voit le jour en Septembre. Mettant en scène Serena Williams, LeBron James avec Colin Kaepernick dans le rôle de la voix off, cette campagne publicitaire choisit un angle bien précis « Ne te demande pas si ton rêve est fou. Demande toi s’il l’est assez ». En 2’20 de bonheur, de puissance et d’intensité, Nike retrace des parcours sinueux qui se terminent sur des succès retentissants. On pense notamment au King et bien sûr Serena qui vient de Compton.

rolin-kaepernick-just-do-it-nike
Pour les 30 ans du célèbre « Just do it », Kaepernick devient le visage de la publicité Nike.

L’annonce de Kaepernick comme visage de la campagne publicitaire fait un véritable tollé. Pas les derniers en terme de frénésie, les américains pro-Trump se mettent à brûler les maillots et surtout les chaussures Nike. Au prix d’une paire de Nike, c’est quand même bête. Mais les américains semblent avoir de la ressource sur ce plan là.

Mais, une fois l’onde de choc passée, Nike a enregistré un nombre record d’adhésion chez les consommateurs et les investisseurs. « Nous savons que cette campagne a parlé fortement aux consommateurs, bien entendu ici en Amérique du Nord mais aussi dans le monde entier », a assuré Mark Parker, le PDG de la marque à la virgule. Cette « adhésion record » se ressent sur la fréquentation du site mais aussi les réseaux sociaux. L’effet « Kaepernick ».

Une opération comm’ bien menée et, cerise sur le gâteau, un chiffre d’affaires en hausse de 10% compilé à un bénéfice net en hausse lui aussi. Une campagne publicitaire de tous les risques qui s’est donc avérée être un coup gagnant pour la firme de l’Oregon. Encore une fois, Nike prouve son influence dans le monde. On ne parle même plus de sport ici mais bien de question sociétale forte.