Du Burkina Faso en passant par Bordeaux et maintenant les Etats-Unis, le parcours d’Yvan Ouedraogo est un exemple pour des milliers de jeunes. Le frenchie va traverser l’Atlantique pour vivre son rêve de basketteur. Cet intérieur au physique impressionnant est la preuve que le travail paie. Mais la route est encore longue et Yvan le sait très bien.

Sa formation de basketteur va prendre un nouveau tournant cette saison. Aux côtés de Fred Hoiberg, Yvan va découvrir le Nebraska. Mais pas question d’y aller pour couper du maïs ! Le français va découvrir la NCAA avec les Huskers du Nebraska. Un passage obligé pour continuer sa progression et atteindre son rêve : intégrer la NBA !

Grounds : Peux-tu te présenter pour les lecteurs de Grounds ?

Yvan Ouedraogo : Bonjour aux lecteurs et lectrices de Grounds ! Je m’apelle Yvan Ouedraogo. Je suis originaire de Bordeaux et cette année j’évoluais en Nationale Masculine 1 à l’INSEP au Centre Fédéral de basketball situé à Paris.

G. : Comment pourrais-tu te décrire en tant que basketteur ? Tu t’inspires de quel joueur ?

Y.O : Pour me décrire en tant que basketteur je dirais que je suis un joueur intérieur scoreur et un bon défenseur je dirait que je suis intense des deux côtés du terrain. Je m’inspire principalement de LeBron James qui est mon joueur préféré et de Montrezl Harrell pour l’attitude sur le terrain

G. : Tu as commencé le basket à l’AS Makadam. Est-ce que tu réalises le chemin parcouru ?

Y.O : Oui je réalise vraiment ! Depuis l’AS Makadam (au Burkina Faso) à mes débuts à Ouagadougou jusqu’à la Kameet Basketball Academy à Bordeaux où j’ai continué ma formation avant d’arriver à l’INSEP. Je réalise que j’ai parcouru beaucoup de chemin mais en même temps il me reste encore beaucoup à travailler pour atteindre mes objectifs. Je ne pense pas trop à ça et je me dis que le chemin est encore très long.

Yvan-ouedraogo-basketball-france-insep-nebraska-huskers-ncaa
Yvan Ouedraogo est considéré comme l’un des tout meilleurs jeunes français de sa génération.

YVAN OUEDRAOGO : UN FRENCHIE EN NCAA !

G. : Tu es talentueux et ambitieux. La case NCAA (basket universitaire américain), ce n’est qu’une étape vers la NBA ?

Y.O : Je l’espère ! En NCAA, et dans la conférence Big 10, tous les joueurs que je vais affronter sont très bons et talentueux. A ce niveau là, la différence pour accéder à la ligue américaine, c’est le travail et les sacrifices. Donc avant de penser à la draft, j’espère déjà progresser afin d’être performant et être prêt pour la NBA.

G. : Tu rejoints la NCAA avec une année d’avance … T’as pas l’temps ?

Y.O : (Rires) Non ! Je pense surtout que c’était le meilleur projet pour moi pour me permettre de continuer ma scolarité car j’ai un an d’avance à l’école et en même temps jouer à un très haut niveau au basket. Cette formule est impossible à réaliser simultanément en France 

G. : Depuis quand rêves-tu de jouer en NBA ? Quel joueur t’as fait aimer le basketball ?

Y.O : Je rêve de NBA depuis mes débuts dans le basket à 9 ans. Le joueur qui m’a fait réellement aimer le basket est Lebron James. Contrairement à mes aînés qui ont grandit avec la génération « Jordan », moi je ne pouvais voir que des highlights de lui. Alors que Lebron, je pouvais suivre ces exploits au jour le jour !

G. : Tu avais le choix entre 3 Universités de haut niveau. Pourquoi ton choix s’est porté sur les Cornhuskers du Nebraska ? Qu’est-ce qui a pesé dans ton choix : le climat ou le coach Fred Hoiberg ?

Y.O : En effet après avoir été recruté par un grand nombre d’universités, mon choix c’est orienté vers trois grandes universités : Georgia tech qui évolue en Atlantic Coast Conference, TCU (Texas Christian University) qui évolue en Big 12 et Nebraska qui évolue en Big 10.

Ce qui a définitivement peser dans mon choix c’est la présence de Coach Hoiberg. Au delà de l’environnement de Nebraska, qui est très bien pour pouvoir se concentrer sur ses objectifs, durant ma visite  Coach Hoiberg a su me séduire en m’expliquant sa manière d’aborder le basket, son approche NBA et comment il souhaitait m’intégrer à son système. De plus, je pense que c’est avec lui que le feeling est le mieux passé donc le choix c’est logiquement tourné vers lui et l’Université du Nebraska.

G. : Que ressens-tu à l’idée de travailler sous les ordres de Fred Hoiberg, un ancien coach en NBA ?

Y.O : Je suis vraiment excité à l’idée de travailler avec un ancien coach et joueur NBA car il sait parfaitement tout ce qu’il faut faire pour jouer à ce niveau en raison de ça carrière de joueur. Il sait aussi parfaitement ce que les coachs attendent à ce niveau. Je pense que travailler avec lui est une chance incroyable pour moi d’atteindre mon objectif.

Yvan-ouedraogo-basketball-ncaa-nebraska-fred-hoiberg
Yvan Ouedraogo sous ses nouvelles couleurs, celles de l’Université du Nebraska aux USA.

YVAN OUEDRAOGO : L’APPRENTISSAGE AVEC FRED HOIBERG, UN ANCIEN COACH NBA

G. : On sait que les bons prospects sont très demandés. Comment as-tu fais pour gérer cette pression ? Comment les universités font pour te convaincre de les rejoindre ?

Y.O : En effet, durant cette année j’ai été beaucoup sollicité mais j’ai essayé de ne pas me mettre la pression. Au contraire, j’essayais de me concentrer sur ma saison actuelle même si cela n’était pas toujours facile et de laisser le processus se faire. En ce qui concerne les universités, lorsqu’elle sont intéressées, elles font des offres et organisent des visites pour te présenter leur programme. Après chacune organise à sa manière la visite pour t’en mettre plein les yeux et te convaincre de les rejoindre !

G. : Un petit mot sur la fin de carrière de Tony Parker ?

Y.O : Le seul mot que j’aurais à dire sur la retraite de TP est « Merci » ! Merci pour ta carrière exceptionnelle qui a permis à tous les jeunes joueurs français de rêver de pouvoir jouer un jour dans la grande ligue.