Autrefois méconnu, le drop est devenu un élément prépondérant dans le choix d’une chaussure de running ou de trail. Pour les novices, le drop c’est le différentiel en millimètres de hauteur entre le talon et l’avant-pied. Quand il diminue, votre foulée se concentre en avant-plante et votre mollet s’étire plus.

Le drop est maintenant un élément central dans les caractéristiques des chaussures de running. Mais plus qu’un effet de mode, c’est toute une communauté de coureurs qui ne jurent plus que par cette sensation d’être pieds nus. On l’appelle la sensation Barefoot. On est donc sur une vraie tendance au minimalisme. Mais nous n’avons rien inventé. Ce minimalisme nous vient tout droit des Tarahumaras. Ce peuple vivant dans les montagnes du Mexique court sur de longues distances simplement chaussés de sandales aux fines semelles. Sans le savoir, ils avaient lancé la mode Barefoot.

LA SENSATION BAREFOOT

Le pied, par définition, a un drop nul. Alors chez les ingénieurs de différentes marques de running, l’idée d’une chaussure, qui permet aux pieds de fonctionner tel que la nature a pu le concevoir, est devenue une réalité. Et l’engouement est réel chez les coureurs.

Le drop 0, ou la sensation barefoot, c’est donc une chaussure de running plate. Un drop 2 reste encore très proche de la sensation barefoot pure. Quant aux drops 4 et 6 ça reste un bon compromis entre le confort et le dynamisme. Il faut le dire, courir avec un drop 0 peut être un peu plus stressant pour votre corps. Votre foulée devra aussi subir quelques changements. Le mollet et les tendons vont souffrir au départ. Ils sont beaucoup plus étirés. Il faut donc opérer ce changement de drop tout en douceur.

Avec un drop faible, on va gagner une foulée beaucoup plus naturelle. L’idée est d’atterrir en avant-plante pour se créer un amorti plus naturel. Si on fait le test de courir pieds nus, on se rend rapidement compte qu’il est impossible d’attaquer les foulées par le talon. C’est vite douloureux.

Ça rend automatiquement la foulée plus courte et surtout plus tonique. Avec la sensation barefoot, le vrai bonus est un corps qui adopte des postures de course plus naturelle. C’est alors beaucoup moins traumatisant pour le corps. Faites des économies de kiné.

La Vibram Fivefingers, la référence Barefoot.

NE FAITES PAS DU MINIMALISME UNE RELIGION

Le minimalisme oui, mais surtout le minimalisme raisonné. Aujourd’hui la tendance n’est plus vraiment à un drop 0. Il est vraiment admis qu’une chaussure dite minimaliste possède un drop inférieur ou égal à 4 mm. Quand on sait que la majorité des chaussures de running sur le marché possèdent un drop entre 6 et 10.

On vous donne un conseil à prendre au sérieux. Si vous désirez vous adopter une foulée plus naturelle il faut y aller progressivement et surtout posséder une bonne technique de course. Les novices du running, la sensation barefoot peut attendre. C’est un processus qui se fait avec une vraie réflexion et de la patience. Si vous grillez les étapes, c’est la blessure assurée au mollet ou au tendon d’Achille.

Pour les récalcitrants de la sensation barefoot, il existe une alternative. Les chaussures de running avec un drop 0 mais une semelle oversized qui vous donnera toujours l’impression de courir sur des sols souples et qui préservera automatiquement vos articulations. Mais attention à la stabilité sur les terrains plus accidentés.

Devenez un vrai coureur complet en alternant les drops. Chaque terrain vous oblige à vous adapter. Faites le intelligemment et vos performances aussi vont décoller. Rappelez vous que les Tarahumaras n’avaient pas de shops pour leurs chaussures de running, vous si ! Alors prenez votre temps et la chaussure de running parfaite (si elle existe) vous trouvera.

CHAUSSURES MINIMALISTES – LA SÉLECTION GROUNDS