À l’origine, une rencontre entre deux amoureux de la nature. Patrice Ségur et Michel Boubekeur. Patrice est musher professionnel (meneur de chiens de traîneau) et Michel est musher amateur et véritable passionné d’alpinisme et de VTT descente. Il y a 3 ans, ils se rencontrent quand Michel fait son baptême en chiens de traîneau. A l’époque, Patrice Ségur lui demande de tourner une vidéo pour lui. C’est de cette rencontre que naît le projet fou d’aller en Laponie en chiens de traîneau. Avec un double objectif : rencontrer les Samis, peuple d’éleveurs du nord de la Finlande, et réaliser une vidéo sur la fonte des glaces pour sensibiliser au réchauffement climatique.

Un projet fou pour une bonne cause

Baptisée Ulminak, l’expédition vers la Laponie est le premier projet de l’association Tannak Aventures. L’association toulousaine voit le jour en avril 2016 avec pour but de promouvoir la pratique des sports outdoor à travers la mise en place de projets comme Ulminak, mais aussi des manifestations, des expositions. Sans oublier que la préservation de l’environnement reste un thème central pour Tannak Aventures.

L’expédition Ulminak, partie le 19 Février, compte 9 sportifs passionnés qui embarque ensemble pour une traversée de 500 km entre la Finlande, la Norvège et la Russie. Cette expédition va donc aller à la rencontre du peuple Saami. Le dernier peuple autochtone d’Europe vivant dans le Nord de la Finlande. Aussi appelée la Laponie.

Malheureusement, pas de maison du Père Noël, mais plutôt des conditions de vie qui deviennent chaque jour plus compliquées pour les Samis. Le réchauffement climatique les oblige à repenser tout le savoir-faire acquis depuis des générations. L’impact sur leurs vies est dramatique.

Les Samis vivent de la pêche du saumon et de l’élevage de rennes. Mais la hausse des températures empêche les lacs de geler durablement. Les hommes et leur élevage ne peuvent donc plus les traverser. Ne trouvant plus de nourriture, ils sont forcés de migrer. C’est toute la vie d’un écosystème qui est bouleversée.

À leur retour, les aventuriers présenteront un film qui aura pour but de sensibiliser tous les citoyens et surtout les jeunes générations au drame du réchauffement climatique. Quand on connaît la beauté de la Laponie, on ne peut que s’attendre à une vague d’images renversantes.

Une aventure humaine, sportive et technologique basée sur une expérience scientifique

L’intérêt de cette expédition se veut aussi technologique. Les deux traîneaux seront tirés par 30 huskys et seront équipés de panneaux solaires et d’éoliennes. L’équipe part aussi avec à son bord deux stations de base Sigfox qui leur permettra de collecter et surtout transmettre les données récoltées pendant leur fantastique aventure.

Une expédition qui se fera en totale autonomie avec notamment un système mécanique qui leur permettra de recharger les caméras, les drones et les systèmes de communication. On peut parler de traîneaux high-tech.

Même si les membres de l’expédition Ulminak se sont entraînés à affronter des températures proches de -25°C. Michel Boubekeur et les autres aventuriers de l’expédition Ulminak se sont entraînés à de nombreuses reprises dans les Pyrénées ariégeoises. Le tout ponctué d’une préparation physique digne des plus grands athlètes. Pour affronter des conditions de vie particulièrement difficiles, les aventuriers ont tous fais de la cryothérapie, comme les sportifs de haut niveau. Pour que le corps appréhende plus facilement les grands froids mais surtout pour habituer les muscles et les cellules à se régénérer plus rapidement après l’effort. La condition physique des membres de l’expédition devait être optimale.

Le projet aura coûté au total 118 000 € et soutenu par 27 partenaires. Le projet est fou, les galères étaient bien évidemment au rendez-vous. Mais avec une volonté à toute épreuve, nul doute que ces aventuriers ramèneront des images sublimes et pousseront les plus jeunes à réfléchir sur le réchauffement climatique et ces conséquences directes sur les peuples nomades.

Une aventure à rebondissements

Comme prévu, les aléas font partis intégrantes de cette belle aventure. Mais tout le monde le savait et nos aventuriers commencent à s’habituer aux changements de programme de dernière minute. Devant les difficultés du terrain, l’équipe a dû modifier son parcours et adopter une nouvelle stratégie. Mais sans jamais perdre de vue leurs objectifs : rencontre des peuples, projet technologique et environnemental.

Mais cette expérience hors du commun n’a pas réservé que des galères. Le spectacle qu’offre la nature est souvent grandiose malgré des conditions climatiques hostiles. Des paysages à couper le souffle et une aventure humaine intense. Les aventuriers d’Ulminak sont rentrés et avec eux des histoires pleines d’enseignements pour nous. Nous avons hâte de pouvoir les interroger et découvrir le film qu’ils nous réservent.